Accueil » Actualités » Clermont passe à 30 km/h au 1er décembre
30 km/h / photo pexels-francesco-ungaro
photo : Pexels F. Ungaro
Actualités Vie publique

Clermont passe à 30 km/h au 1er décembre

Voilà une nouvelle qui n’a pas fini d’alimenter les discutions de comptoir et les murs des réseaux sociaux : A partir du 1er décembre prochain, la vitesse maxi des voitures à Clermont passe à 30 km/h.

Ce n’est pas une surprise puisque la mesure était inscrite dans les engagements de l’équipe d’Olivier Bianchi. A compter du 1er décembre prochain les automobilistes seront priés de rouler à 30 km/h à Clermont sur tous les axes où la vitesse actuelle est de 50. Sur les axes où l’on circule à 70 km/h, la vitesse passera à 50. Dans la ville du plus grand fabriquant de pneus du monde, la mesure va évidemment mal passer et alimenter moult polémiques. La maire de Clermont parle de  “sens de l’histoire” et il n’est pas le seul puisque, déjà, plus de 250 villes françaises ont abaissé leur vitesse maxi.

Un changement pas si radical que cela

En réalité, dans la ville de Clermont, le changement a débuté depuis plusieurs années. Bon nombre de rues réaménagées affichent déjà 30 km/h maxi. A total elles représentent même près de 30 % des rues de la communes. Sur les axes où la vitesse est encore à 50 km/h pour quelques semaines, les feux tricolores, le trafic dense et les bouchons se chargent de faire descendre la vitesse. De nombreuses études nationales sur le trafic urbain ont démontré qu’une voiture roule à une moyenne inférieure à 15 km/h aux heures de pointe et environ 20 km/h lorsque la circulation est fluide. Les automobilistes qui en doute peuvent interroger leur ordinateur de bord, qui confirmera.

Pas que le CO²

La polémique a enflé dès que la mesure été appliquée à Paris. Certains prétendent qu’une voiture thermique roulant à 30 km/h serait plus polluante que lorsqu’elle roule à 50. Quand bien même cela serait avéré, on parle là de CO², or la circulation génère d’autres polluants tout aussi dangereux à la santé. Par exemple les résidus de plaquettes de freins et les poussières résultant de l’abrasion des pneus sur le bitume. Leur émission est forcément réduite avec l’abaissement de la vitesse qui rend la conduite plus coulée. Enfin la mesure génère une réduction sensible du bruit, environ 3db ce qui est loin d’être négligeable. Les plus sceptiques seront peut-être réceptifs à l’aspect sécurité. Là encore preuve a été faire que moins la vitesse est élevée, moins les accidents avec les piétons et les deux-roues sont graves.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Puisque vous voulez de l’écologie punitive, je propose que le maire et ses adjoints se déplacent uniquement à vélo et à pied puisque ce sont les deux seuls moyens de transports entièrement propres!

    Ils effectueraient ainsi un geste utile à la sauvegarde de la planète et montreraient l’exemple à leurs concitoyens!

    En sont-ils capables au quotidien?

Sponsorisé

Les infos dans votre boite