Accueil » Vie publique » 31,5 M€ pour relancer la station thermale de Royat
la future entrée du Centre Thermal de Royat (c) Blezat Architecture
la future entrée du Centre Thermal de Royat (c) Blezat Architecture
Économie Vie publique

31,5 M€ pour relancer la station thermale de Royat

C’est officiel et voté en conseil municipal, ValVital gérera et exploitera les Thermes de Royat et Royatonic pour les trente ans à venir à partir du printemps 2021. Le PDG du groupe entend bien placer la station à la première place du thermalisme en Auvergne.

Le printemps 2021 devrait être celui du renouveau pour le thermalisme à Royat. En avril prochain ValVital prendra les doubles rênes des Thermes et de Royatonic. Sur vote du Conseil municipal, le groupe vient en effet de se voir attribuer une Délégation de Service Public pour une durée de trente années. La DSP était sans aucun doute la seule solution cohérente pour relancer le thermalisme, trouver une sortie financière acceptable à la gestion du centre thermoludique et de conserver patrimoine royadaire. «Aucune collectivité n’a les moyens aujourd’hui de se passer d’une DSP» explique le maire de Royat, Marcel Aledo, qui voit dans ce montage, l’opportunité de relancer le thermalisme dans sa ville. « Nous sommes dans une phase de renouveau du thermalisme. Le public est sensible à l’écologie et au bien-être. Il le sera encore plus au sortir de la crise du Covid » ajoute le Docteur Jean-Luc Meyer, l’adjoint qui a piloté le dossier. «La concurrence est sévère entre les sites mais nous avons la chance de pouvoir faire converger les activités thermales et le bien être vers un projet global» ajoute-t-il. Bernard Riac, fondateur et PDG de ValVital, dont le groupe a été choisi pour son professionnalisme et son indépendance se montre ambitieux pour l’avenir. «Je souhaite que Royat devienne la première station thermale d’Auvergne. Notre volonté est de faire passer le nombre de curistes de 7 800 à 11 500 par an à l’horizon 2028 »*. Pour atteindre cet objectif ValVital, (qui, rappelons le, est le second groupe thermal français avec 11 sites en exploitation), annonce 31,5 millions d’euros d’investissements, 100 % des emplois actuels conservés et la création de 174 équivalents temps complet.

Des thermes ancrés dans le XXIe siècle

Perspective du centre thermal après travaux. (c) Blezat architecture
(c) Blezat architecture

Il est difficile aujourd’hui de faire tourner une stations thermale sans connexion directe entre l’hébergement et les soins. Une grosse partie des investissements sera donc consacrée à la construction d’une résidence hôtelière de 73 appartements, d’un restaurant ouvert à tous et de 50 places de parking sur l’emprise foncière actuelle. Les bâtiments inscrits aux Monuments historiques ne seront évidemment pas touchés en revanche les plus récents, qui ne présentent pas un intérêt architectural particulier, seront réhabilités ou détruits pour laisser place à de nouvelles constructions de deux niveaux parfaitement bien intégrées. Le site bénéficiera d’une végétalisation importante. Côté technique les équipements seront mis à jour avec système de récupération de calories et un autre de production de boue en circuit fermé. Après une phase de conception de 15 mois, les travaux débuteront durant l’été 2022 pour 3 ans, avec maintient de l’exploitation annuelle sur 8 mois.

Oublier le trou financier amplifié par Royatonic

Il devait coûter 8,8 millions d’euros, il en a coûté 15,3 au final. Royatonic était le caillou dans la chaussure de la première mandature de Marcel Aledo élu en 2008. La mairie qui était déjà très endettée avait du supporter un dépassement de 5,6 millions d’euros sur le projet ; la Cour des Comptes évoquait d’ailleurs à l’époque une mise sous tutelle. Depuis les finances se sont assainies et la délégation de Service Public va accélérer le processus. Les évolutions nécessaires de Royatonic estimées à un million et demi d’euros ne seront pas supportées par la mairie, puisqu’elle sont inscrites dans le plan de ValVital qui prévoit un chantier de 8 mois en 2022. Autre source de satisfaction pour l’équipe municipale, la mairie percevra une redevance minimale de 2,6 % du chiffre d’affaire de la station qui selon les estimation du groupe thermal de Bernard Riac avoisinera les 13 millions sur la 8e année d’exploitation.

*Au niveau de l’Auvergne administrative, Vichy et ses 15 000 curistes annuels restera devant Royat. Au niveau de l’Auvergne historique Royat devra distancer Chatel-Guyon qui ambitionne  11 000 curistes.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite