Accueil » Sports » VBC-Chamalières : vacances, j’oublie tout … ou presque !
Anne-Laure Margirier (de dos) et Atman Toubani - photo Bruno Courteix.
Lundi Sports

VBC-Chamalières : vacances, j’oublie tout … ou presque !

Pour les sports collectifs, l’été est souvent synonyme d’intersaison. Une période plus ou moins longue pour décompresser et récupérer d’une saison sportive. Mais peut-on raisonnablement «se laisser aller » au risque de souffrir à la reprise de l’entrainement ? pour les Panthères de Chamalières, c’est en tout cas un moment de l’année qui reste intense…

La saison sportive de l’équipe de volley féminin de Chamalières s’est achevée le 25 mars dernier par une rétrogradation sportive en seconde division (DEF). Grâce au projet de refonte du championnat élite et à l’abandon de son statut par l’équipe d’Evreux, les filles d’Atman Toubani ont appris fin juin leur maintien dans l’élite. Dès-lors, les vacances des Panthères sont studieuses, avec pour horizon une seconde saison de rang au plus haut niveau et une reprise de l’entrainement prévu fin août (jeudi 30).

Un été pour récupérer et pratiquer … le beach-volley !

Avec L.Dekeukelaire, A.L. Margirier est devenue championne de France. Photo: David Tauveron.

Valeur montante de l’effectif de Chamalières, Anne-Laure Margirier a appris le maintien de son équipe en Ligue A sur son lieu de vacances : « Pour moi, il n’y avait pas trop de question à se poser autour du niveau où l’équipe évoluerait, puisque j’ai prolongé mon contrat pour continuer à progresser avec le VBCC. Mais certaines de mes coéquipières étaient dans l’attente pour connaitre la suite à donner à leur carrière. Ce feuilleton a inévitablement rythmé la période estivale pour certaines d’entre nous. »Pour celle qui a terminé la saison passée au poste de libéro, le volley est tout de même resté au cœur des préoccupations, avec une saison de beach-volley intense : « Mon été est placé sous le signe du sport ! Avec Lucie Dekeukelaire, nous avons remporté le championnat de France de beach-volley. C’était une bonne occasion de s’entretenir physiquement et j’ai pu aussi travailler personnellement pour reprendre la future saison à mon nouveau poste. » Dans une période où l’on pourrait s’attendre à voir des plages de récupération sur le sable fin et les pieds dans l’eau, un sportif en vacances n’en oublie pas moins son métier : « Je pratique différents sports pour mon plaisir avant tout, mais en gardant à l’esprit que cela sera utile au moment de reprendre l’entraînement. On prend aussi le temps de profiter de l’été et les performances de l’équipe de France de foot nous ont permis aussi d’organiser quelques sorties entre amis. »

Des devoirs de vacances pour aborder au mieux la rentrée.

Plaisir mais également travail au programme d’Anne-Laure. Photo: David Tauveron.

Un discours qui plairait inévitablement à l’entraîneur de l’équipe, Atman Toubani, qui n’a pas oublié les devoirs de vacances pour ses championnes :« On a mis en place un programme d’entretien physique à respecter à partir de fin juillet jusqu’à la reprise de l’entraînement fin Août. Pour les nouvelles joueuses de l’effectif, on a beaucoup échangé avec elles pour adapter ce programme à chaque situation. Mais je ne suis pas inquiet, je sais que tout le monde est très sérieux et a envie de revenir en forme pour la reprise. J’ai une grande confiance en mes joueuses. » L’intersaison étant relativement longue pour les sports collectifs en salle, le risque de connaitre des reprises difficiles est réel pour le coach : « Certaines de nos joueuses vont enchaîner avec la Coupe du Monde à l’automne et mon effectif va considérablement se resserrer en quantité. On aura donc besoin de joueuses en forme pour passer ce moment essentiel de la saison. »

Quand on est entraîneur, l’intersaison est-elle considérée comme une période de tout repos ? « Je suis actuellement aux États-Unis pour travailler dans des camps d’entraînements. C’est une occasion de découvrir de nouveaux talents et créer, pourquoi pas, des échanges avec notre club. Je suis un coach atypique, donc je ne recherche pas forcément de nouvelles méthodes, mais c’est toujours intéressant de voir ce qui se fait ailleurs ».

Et si la chanson d’Élégance dit « vacances j’oublie tout, plus rien à faire du tout… », Anne-Laure Margirier a déjà une idée précise de son futur été 2019 : « Il passera par la Slovénie, puisque qu’avec Lucie on s’est qualifié pour les championnats d’Europe de beach-volley qui auront lieu l’été prochain.» Parce qu’une passion se pratique hiver comme été et surtout tant que l’on peut en profiter, Anne-Laure connaît déjà une partie de ses prochaines vacances !

 

 

L’été est sportif pour Anne-Laure Margirier. Photo: Karim Lévy.

À propos de l'auteur

Julien 0ury

Julien 0ury

Journaliste-commentateur sportif dans des médias nationaux comme Eurosport, Sud Radio ou encore Rugbyrama.fr, c'est un ancien sportif qui a choisi de vivre sa passion jusqu'au bout. Amoureux de sa région, il a la volonté de présenter le sport à travers ses émotions. Diplômé de l'école de journalisme de proximité de Vichy, il souhaite mettre en avant la qualité du travail des clubs sportifs locaux afin de faire connaitre les hommes et femmes qui se battent pour faire perdurer l'activité sportive pour tous.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite