Accueil » Sports » Trophée Andros à Super-Besse : Une finale qui s’annonce électrique
Un finale qui s'annonce ... électrique. Photo: Trophée Andros.
Sports Week-End

Trophée Andros à Super-Besse : Une finale qui s’annonce électrique

Voici déjà trois ans que le Trophée Andros, célèbre compétition hivernale de sports mécaniques, se décline aussi en version électrique. Et si on pouvait constater un écart de performance avec les véhicules thermiques, ce n’est plus le cas cette saison. Dès-lors, le match semble lancé pour une grande finale à Super-Besse le 2 février prochain, qui devrait faire des étincelles.

Un laboratoire des futures technologies automobiles

C. Michy et M. Mamers, les organisateurs, avec les pilotes auvergnats.

« La compétition automobile doit être un véritable laboratoire des technologies de demain sur la voiture de monsieur « Tout le monde ». C’est pourquoi nous avons fait le choix de développer les moteurs électriques sur le Trophée Andros. Aujourd’hui c’est un succès et en termes de performances, il existe un vrai match avec les moteurs thermiques. » Ce sont les mots choisis par Max Mamers, le grand ordonnateur du Trophée Andros, qui fête cette année son trentième anniversaire, pour présenter la grande finale de Super-Besse, le 2 février prochain (26eédition). Plus de série uniquement consacrée aux véhicules électriques donc, mais une série mixte, qui offre un grand spectacle depuis le début de la saison. Organisateur de la manche bessarde, Claude Michy enfonce le clou : « Il existe une attente des industriels pour concourir dans des formules 100 % électriques. Avec les organisateurs du Trophée, nous avons su répondre à ces demandes. Lors de l’étape à Andorre, le classement final alternait les modèles électriques et thermiques. Aujourd’hui on a une vraie lutte entre les meilleurs pilotes comme les technologies. C’est tout à l’honneur des organisateurs du Trophée et cela annonce une grande finale. »

 

Un plateau toujours proche du public

R. Gioffre et N. Berthon, nos pilotes locaux engagés sur le Trophée Andros.

Maire de la commune de Besse, Lionel Gay est une fois encore enthousiaste à l’idée de recevoir l’épreuve : « On a depuis longtemps la « Saint-Cochon » à Besse ! Mais chaque hiver avec le passage du Trophée Andros, c’est aussi la « Saint-Michy ». Il est important d’entretenir ce lien si fort entre Super-Besse et la ville de Clermont-Ferrand et cette épreuve est le trait d’union parfait. » Et pour ravir le public, attendu nombreux, les organisateurs proposent un plateau de rêve, tant chez les pilotes que les « VIP ». Franck Lagorce, Aurélien Panis et son père Olivier mais aussi Nicolas Prost, qui participe au championnat du monde de Formule Electrique, vont en découdre sur un circuit de 800 mètres de long, entièrement glacé. Invités pour cette finale, Franck Montagny, ancien pilote de l’écurie Renault en Formule 1, mais aussi le chanteur Claudio Capéo et Miss France 2012 (Delphine Wespiser) sont attendus pour faire monter la température, autant sur la piste que dans les paddocks. Cette zone si caractéristique du sport automobile est d’ailleurs une fois encore ouverte au public, invité à venir découvrir au plus près ses champions et leurs mécaniques. Qui succèdera à Jean-Baptiste Dubourg, triple tenant du titre ? Le régional de l’étape, Nathanaël Berthon est bien sûr attendu par ses fans tout comme Romain Gioffre autre pilote clermontois, qui participe à la catégorie moto pour la cinquième fois.

Dix fois champion du monde d’endurance, Vincent Philippe est aussi invité à découvrir le pilotage à deux roues sur glace pour l’occasion. Des motos qui pourraient elles aussi devenir électriques sur le Trophée dans un futur proche. Une manière d’entretenir l’état d’esprit avant-gardiste du championnat hivernal de sports mécaniques.

 

Trophée Andros, Finale à Super-Besse le samedi 2 février à partir de 14 h. L’accès est gratuit pour les moins de 16 ans. Pour plus d’informations : www.tropheeandros.com

À propos de l'auteur

Julien 0ury

Julien 0ury

Journaliste-commentateur sportif dans des médias nationaux comme Eurosport, Sud Radio ou encore Rugbyrama.fr, c'est un ancien sportif qui a choisi de vivre sa passion jusqu'au bout. Amoureux de sa région, il a la volonté de présenter le sport à travers ses émotions. Diplômé de l'école de journalisme de proximité de Vichy, il souhaite mettre en avant la qualité du travail des clubs sportifs locaux afin de faire connaitre les hommes et femmes qui se battent pour faire perdurer l'activité sportive pour tous.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite