Accueil » Culture » Théâtre de La Comédie : le livre de naissance
Jean-Marc Grangier © Jean-Louis Fernandez.
Actualités Culture

Théâtre de La Comédie : le livre de naissance

Le récit "L'Attente d'un théâtre" revient sur la longue histoire de la construction du nouveau théâtre, lieu identitaire de La Comédie de Clermont. Il est destiné aux abonnés et au futurs spectateurs.

L’année 2020 est désormais derrière nous. A l’état de souvenirs… Si les événements se dispersent dans la mémoire, les livres restent. Ce désir de fixer, de figer, Jean-Marc Grangier l’a sans doute ressenti. Le directeur de la Comédie de Clermont a vécu une année paradoxale : tandis que les spectacles étaient repoussés ou annulés les uns après les autres, en raison de l’épidémie, le théâtre, dont il rêvait depuis longtemps, voyait enfin le jour. Cette naissance méritait sans doute un ouvrage, alors celui qui est en charge de la Comédie depuis 2002 s’est tourné vers la journaliste et écrivaine Anne Diatkine, spécialiste du théâtre pour Libération. Jean-Marc Grangier s’est confié, la journaliste, à sa façon, a raconté cette aventure marquante pour la vie culturelle clermontoise : la construction du théâtre qui abrite désormais la scène nationale.

Entre mémoire et perspectives

L’ombre de la défunte gare routière, de sa brasserie, n’est pas effacée tandis que les générations s’enchevêtrent. « L’Attente d’un théâtre » revient sur l’histoire du site. « Si aucune page ne se tourne véritablement, si rien ne s’oublie- et on peut s’en féliciter-, il s’agit cependant de ne pas rester englué à jamais dans le chagrin » écrit Anne Diatkine. Un principe général de vie qui s’adapte aussi à l’histoire des villes, soumises à un mouvement perpétuel. Le projet architectural choisi, celui défendu par le Portugais Eduardo Souto de Moura, se révèle justement respectueux de l’histoire du quartier, de ses particularités, de ses habitants.  Vu de l’extérieur, le théâtre se confond plutôt qu’il ne s’impose, il s’intègre plutôt qu’il ne provoque. Pas question de faire table rase mais plutôt d’épouser la mémoire.

Contre-temps

L’attente aura été longue. Deux décennies entre les premières intentions et la concrétisation du projet. Et au milieu beaucoup d’étapes, de contre-temps. Le théâtre aurait du ouvrir ses portes au printemps dernier, le satané virus a retardé l’échéance simplement de quelques mois. Aujourd’hui, le bâtiment est un bel écrin sans spectacle, pour combien de temps encore ? Mais l’équipe de La Comédie, néanmoins, est à l’œuvre. En attendant des jours meilleurs.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite