Accueil » Culture » Supreme Legacy: hip hop, sans l’ombre d’un doute
Photo Benjamin Chérasse.
Culture

Supreme Legacy: hip hop, sans l’ombre d’un doute

Après l’avoir présentée en avant-première à la Maison de l’Oradou, le collectif clermontois Supreme Legacy lance sa dernière création Dark Passenger sur les scènes les plus en vue de la culture hip-hop.

Supreme Legacy a été créé en octobre 2013 à l’initiative de trois danseurs, Link Berthomieux, Thibault Fouilland et Mickaël Pecaud. Link vit à Paris, ce qui lui permet de danser pour plusieurs compagnies et de se consacrer essentiellement aux battles1 avec Supreme Legacy. Thibaut se charge de tout l’aspect vidéo au sein de l’association et Mickaël est chorégraphe en plus d’être l’homme à tout faire du collectif.

Fan de Nas2, Mickaël est venu à la culture hip-hop par hasard. À 15 ans, il a assisté à un cypher3. Ça a été le déclic. « Il y avait peu de cours de danse hip-hop à l’époque. On apprenait en regardant des vidéos. Maintenant, on trouve des cours un peu partout. C’est une danse assez libre qui permet de créer ses propres mouvements. » Le collectif comprend une vingtaine de membres âgés de 11 à 40 ans, dont la moitié de professionnels. Des danseurs, un DJ, deux rappers, deux grapheurs, des photographes et des vidéastes.

Les activités du collectif     

Mickaël Pecaud donne des cours de danse hip-hop à Clermont à la Supreme Legacy School hébergée par la Maison de l’Oradou pour un public à partir de cinq ans. « J’ai monté cette école pour regrouper mes meilleurs élèves dispersés dans différents cours que je donne un peu partout aux alentours de Clermont. Ça concerne principalement ceux qui veulent aller plus loin pour les préparer aux gros battles et leur permettre de faire des spectacles sous forme de shows. Selon les publics, on enseigne différemment. Certaines personnes pratiquent pour se détendre, d’autres s’entraînent pour la compétition. » Rappelons que le breakdance fait son entrée aux J.O. de Paris en 2024. Rien de tel pour booster la discipline. Nul doute que le collectif auvergnat y participera avec ses meilleurs danseurs. Supreme Legacy propose donc un volet enseignement, une partie compétition avec laquelle le collectif a déjà remporté de nombreux trophées et tout un pan de l’activité est consacré au spectacle (créations, shows, concerts), dont le plus connu, Hip Hop Culture. Les shows consistent en des performances de danse sur une durée de dix minutes dans le cadre d’animations.

Dark Passenger   

Photo Legacy.

Dernière création en date, Dark Passenger, un spectacle alliant breakdance et interprétation écrit par Mickaël Pecaud et interprété par lui-même et Nathanaël Etouke alias Nasty Nath. Une vraie performance physique pour les deux danseurs. « On voulait une création dynamique. C’est l’histoire d’un individu en questionnement avec lui-même. Ça parle de l’acceptation de soi et des autres, une façon de dire qu’on peut avancer ensemble même en étant différent. » Le duo se produira la prochaine fois à l’occasion de l’édition 2019 des World Battle à Porto, le 3 mai prochain, « un des plus gros battle au monde qui regroupe les meilleures équipes. »

 

1 : compétitions entre danseurs

2 : rappeur américain

3 : cercle de danseurs au milieu duquel ils exécutent une performance chacun leur tour.

 

http://supreme-legacy.fr/

 

À propos de l'auteur

Patrick Foulhoux

Patrick Foulhoux

Journaliste et grand amateur de musique rock, Patrick Foulhoux a collaboré pendant de nombreuses années avec des magazines consacrés à la musique (Rollling Stone, Rock Sound, X-Rock...) et des titres de la presse de territoire. Sa passion pour le Rock l'a conduit à devenir directeur artistique de labels, tourneur, manager, organisateur de festival et écrivain.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite