Accueil » Culture » Serge Camaille : carreau sur les Bughes
Serge Camaille.
Culture Rencontre

Serge Camaille : carreau sur les Bughes

L'auteur a publié une intrigue policière "légère" dont la pétanque est la toile de fond. Certains joueurs de la place des Bughes se reconnaîtront.

Toutes les parties de boules ne se ressemblent pas. Même lorsqu’elles sont jouées sur la place des Bughes, l’incontournable lieu des pétanqueurs clermontois. Les carreaux ne pleuvent pas toujours mais l’on ferraille chaque après-midi avec assiduité, pointant ou tirant à tour de rôle et tâtant du cochonnet entre les mènes. La société « pétanquesque » redessine une hiérarchie qui a peu à voir avec celle de la vie extérieure. Ici, il faut faire sa place, être accepté et faire preuve d’humilité pour rentrer dans des parties. Et qu’importe alors sa profession, son statut social ou la marque de sa voiture…Serge Camaille tâte de la boule à ses heures. Ca n’est donc pas par hasard qu’il a choisi ce microcosme pour ancrer son nouveau roman intitulé Ça se mange froid, paru aux Editions Revoir.

« Mon intention était de restituer l’atmosphère de la Place des Bughes, il y a quelques années où j’ai passé pas mal d’heures en compagnie d’amis et, par la même occasion, de rendre hommage à quelques figures locales. J’avais aussi, dans un coin de la tête , une histoire policière, sans trop de violence » précise l’auteur. Une histoire dont la place clermontoise constitue le décor initial, et aussi le fil rouge, mais qui trouve ses racines dans un passé lointain.

La vie d’avant 

Aux Bughes, donc, Marco Fauconnier effectue une entrée remarquée un jour d’avril au milieu des joueurs confirmés. Des habitués du lieu peu décidés à accueillir parmi eux le premier bouliste venu. L’impétrant se débrouille plutôt bien et donne du fil à retordre au gratin de la place. Mais il s’avère bientôt qu’il a une idée derrière la tête et qu’il cible un joueur, en particulier : Gilles Leduc, une « vedette » locale.

La raison de cette brutale irruption se trouve dans la vie « d’avant » et l’histoire nous dévoilera un épisode survenu durant l’enfance, du côté du Bec d’Allier. « C’est là où la Loire rencontre l’Allier. J’y ai des souvenirs. En particulier, celui d’avoir perdu un ami, noyé, dont on n’a jamais retrouvé le corps» explique Serge Camaille.

La vengeance est un plat qui se mange froid et une partie n’est jamais gagnée avant les treize points fatidiques. Marco Fauconnier le sait bien qui se lancera dans une véritable enquête, accompagné par Julie, sa nouvelle « girl friend ». Dans les rues de Clermont, à la table d’un bistrot ou d’un restaurant de la place de Jaude, des  Bughes ou de la rue Lavoisier ou encore du côté de Roanne, les péripéties vont s’enchaîner à bon rythme jusqu’au dénouement. « En réalité, ce livre est pari d’une bêtise, un pari pris au soir du salon du livre de Royat, devant un verre. Quelqu’un m’a mis au défi d’écrire un livre sur les boules. Je l’ai fait dans les trois mois. Paul Colli, l’éditeur, est lui-même un joueur de pétanque. Il était donc ravi… »

Trois sœurs et une ferme

Si l’auteur se plaît dans les intrigues policières, il aime à explorer les horizons. Avec Les sœurs Charpy, autre livre paru récemment aux Editions Ramsay, il signe une comédie romantique, bucolique et féminine, plantée au cœur du Berry. Les trois sœurs en question, aux caractères bien trempées, héritent d’une ferme dont elles ne savent pas quoi faire. Au passage, le récit, plein de bonne humeur, est l’occasion de mettre en exergue la venue de Hergé, le père de Tintin, en Auvergne en 1940 où il s’est réfugié dans le village de Collanges, près de Saint-Germain-Lembron. Amoureux de Giono, de Simenon, de John Irving et grand amateur de Frédéric Dard, Serge Camaille publiera, à l’automne, un nouveau thriller. “L’histoire d’un ticket de loto gagnant, à Billom, qui ne porte pas chance“. Et il prépare un autre roman qui lui permettra d’exprimer quelques humeurs sur la société actuelle, rythmée par les réseaux sociaux. Entre-temps, il trouvera sûrement le temps pour quelques parties de boules, aux Bughes ou ailleurs.

S.Camaille.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite