Accueil » Edito » Père Noël, qui êtes-vous ?
Père Noel Photo pexels Sean p Twomey
Photo Sean P Twomey - Pexels
Edito

Père Noël, qui êtes-vous ?

Est-il bien né à Rovaniemi, au nord de la Finlande ? Que sait-on, en fin de compte, de ce type en rouge ?

Le pays lapon : des contrées où l’hiver est blanc, où l’été, les jours se révèlent sans fin, où les troupeaux de rennes remplacent nos paisibles vaches et moutons . Bien entendu, l’illustre personnage à la barbe blanche- pas une vilaine barbe de trois jours, une vraie- concourt à la renommée de ce coin septentrional d’Europe et il amène son lot de touristes et de retombées sonnantes et trébuchantes. C’est donc naturellement que le vieil homme plein de vigueur et de bonnes intentions se déplacerait en traîneau, tiré par des cervidés. Une simple question d’habitude et un choix fort heureusement écologique à l’heure où la planète souffre de réchauffement climatique. Encore qu’à Rovaniemi, les hivers demeurent passablement frais…

Rêve américain

Le Père Noël serait donc d’ascendance lapone. Pourtant, d’aucuns, sur un autre continent, revendiquent la paternité de ce gentil bonhomme des neiges. Selon certains, le personnage est de conception américaine et vivrait des jours heureux sous le nom de Santa Claus (un terme qui vient lui-même du Néerlandais Sinterklaas, alias Saint Nicolas). Peut-être s’agit-il au fond d’un cousin américain, voire même d’un frère parti chercher fortune aux Etats-Unis après avoir fait un rêve américain. Ou bien peut-être le Père Noël n’existe-t-il pas davantage que le croque-mitaine ou le Père Fouettard, créatures fantastiques et fantasmagoriques ? De son emploi du temps le reste de l’année, on ne sait rien. L’individu est-il veuf ou vieux garçon ? Joue-t-il au curling ou au hockey sur glace ? Absorbe-t-il du chocolat chaud ou des pintes de bière à tire-larigot ? Pourquoi cet embonpoint qui, naturellement, ne lui facilite pas l’accès aux cheminées ? Autant d’interrogations qui risquent de demeurer longtemps sans réponse…

Mais, l’essentiel, en fin de compte, est qu’il n’oublie pas mes souliers…

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé