Accueil » Edito » On ne résiste pas à Amazon…
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

On ne résiste pas à Amazon…

Qu'importent les conventions, les traditions et même les états pour les GAFA qui dominent désormais le monde. L'offensive tous azimuts d'Amazon ne rencontre guère de résistance.

La planète terre appartient aux GAFAM … Pour ces entreprises, pas de limite, pas de contrainte, pas de règle, pas de frontière. Dans ce monde connecté, rien, ni personne n’oserait s’opposer à l’omnipuissance de ces géants de l’Internet qui imposent leur loi et bousculent tout sur leur passage. Cet été est particulièrement celui d’Amazon. L’hyper géant de la vente en ligne tisse inexorablement sa toile et étend irrémédiablement son empire.

Inéquitable et inexorable

Le monstre n’est pas rassasié. Tandis que le commerce traditionnel, à genoux après des mois de fermeture contrainte, organise des soldes hyper-réglementées à partir de la fin du mois , l’ogre, bien décidé à lui couper l’herbe sous les pieds, anticipe et propose ses propres promotions d’été les 21 et 22 juin. « Une provocation voire une déclaration de guerre économique » pour le collectif « Sauvons nos commerçants » qui rappelle, au passage, que le colosse « ayant engendré 44 milliards de chiffre d’affaire en Europe en 2020 n’a payé aucun centime d’impôt sur les sociétés en France. » Selon les représentants des commerçants physiques : « La puissance financière d’Amazon lui permet désormais de transgresser les règles établies et les équilibres économiques à son seul avantage. » Une évidence qui saute aux yeux et à laquelle Bercy n’est sans doute pas prêt à s’attaquer, même s’il convient de ménager la chèvre et le chou en cette période pré-électorale.

Les droits sportifs, nouvelle cible

On n’arrête pas un rouleau compresseur. Amazon, non rassasié par sa main-mise sur le commerce mondial, inonde désormais le marché du streaming et de la distribution numérique à travers son service Amazon Prime Vidéo. Après avoir concurrencé Netflix sur le marché du cinéma et des séries, il s’attache dorénavant à l’acquisition des droits sportifs. Roland-Garros est tombé dans son escarcelle, privant au passage les téléspectateurs d’une partie des matchs. Et la Ligue de Football Professionnelle vient, à son tour, de céder à ses offres, lui confiant la diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2 jusqu’en 2024, au grand dam des partenaires historiques du ballon rond, comme Canal+. Dans les années 80, un gros bras de l’hypermarché s’exclamait : “Mammouth écrase les prix“. Aujourd’hui, à l’heure de l’extrême mondialisation, les GAFAM écrasent tout sur leur passage. Et que les autres aillent au diable.

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite