Accueil » Edito » Monsieur Xi Jinping qu’il ne faut pas contrarier
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

Monsieur Xi Jinping qu’il ne faut pas contrarier

Le numéro un chinois n’est sans doute pas beaucoup plus fréquentable que Vladimir Poutine. Pourtant les autorités françaises lui ont réservé un accueil aux petits oignons.

Le président chinois Xi Jinping est arrivé sur le sol français avec une politesse et une amabilité très asiatiques. Une visite officielle qui tombait à pic pour Emmanuel Macron, tout heureux d’endosser le rôle qui lui convient le mieux, celui de protagoniste de la scène internationale. Quant à « l’Empire du milieu », lui-même, il entend présenter au monde un visage avenant. Celui d’un partenaire fiable, responsable voire impartial. Un masque en forme de trompe l’œil.

Un lourd héritage

Le régime chinois, qui réussit le tour de force de conjuguer les affres du communisme et les vices du capitalisme le plus sauvage, est bel et bien l’héritier direct de Mao Tse-Toung, l’un des tyrans les plus sanglants qu’ait connu le XXe siècle. A l’actif du père de la révolution rouge, plus de 50 millions de morts, certains évoquent 80 millions, soit un bilan meurtrier qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire. Aujourd’hui encore le pouvoir s’attache à cultiver le souvenir du Grand Timonier et son portrait géant  trône toujours sur la place Tian An Men à Pékin, là même où plusieurs centaines d’étudiants furent massacrées au printemps 89.  On ne s’oppose pas au Parti Communiste dans un pays qui n’a jamais connu de « déstalinisation » à la Russe.

Motus et bouche cousue

Pendant la visite en grandes pompes de Xi Jinping dans notre pays, on a peu (ou pas) entendu les militants des droits de l’homme, pourtant si prompts à réagir en d’autres occasions… Pas un mot sur les camps de concentration qui foisonnent, sur les 2000 exécutions capitales chaque année. Rien sur le martyre subi par le Tibet, occupé depuis plus de 50 ans, pas plus que sur les répressions conduites contre les Ouïghours et différentes minorités. De même personne ne s’est ému de la mainmise chinoise sur Hong Kong et des dernières lois y restreignant un peu plus les libertés. Leur émotion est à géométrie variable…

Emmanuel Macron lui-même a soigneusement évité d’aborder en public les sujets qui fâchent avec le nouveau despote chinois et davantage encore de lui donner des leçons.  En matière de relations internationales, ce sont toujours sur les ambulances que l’on tire et devant les puissants que l’on fait des courbettes. Pas question en l’occurrence de risquer de vexer l’un des hommes les plus influents du monde. Même les prétendues valeurs ne pèsent pas lourd devant ce cher Monsieur Xi Jinping.

 

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Les USA sont le grand pays des libertés !! au fait ils sont à l’origine de combien de génocides ?
    Indiens , noirs , Chili ,Argentine , Amèrique du Sud en général , Irak ……………
    Cela fait combien de Millions ?

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé