Accueil » Edito » « Mon parent 1 vient me chercher à la sortie de l’école »
Photo Fanny Reynaud.
Edito

« Mon parent 1 vient me chercher à la sortie de l’école »

Les mentions "père" et "mère" vont disparaître des formulaires scolaires au bénéfice de "parent 1" et "parent 2" (à moins que ce ne soit le contraire). Ainsi en ont décidé les députés dans le cadre du projet de loi sur "l'école de la confiance".

Il ne faut plus employer les termes de père et mère. Désormais, dîtes « parent 1 », « parent 2 », tellement plus poétique, moderne et en rapport avec la réalité de la nature…Ou comment des aspirations qui peuvent être légitimes conduisent à des aberrations au paroxysme du ridicule et de la démagogie.

Les députés ont ainsi adopté en première lecture un amendement au projet de loi sur « l’école de la confiance « . Les mentions « père » et « mère » ont vocation à disparaître des formulaires scolaires, cédant leur place à « parent 1 » et « parent 2 »…Une façon, selon  la députée  La République en Marche du Nord, Valérie Petit « d’ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants. » Ce qui, en d’autres termes, est un moyen de faire une place à l’homoparentalité.

« Désincarner le débat, le déshumaniser… »

Votée malgré l’opposition du ministre de l’éducation,  Jean-Michel Blanquer, la mesure n’est pas une première : la ville de Paris avait déjà adopté en 2018 une telle démarche en ce qui concerne les formulaires de demandes d’acte civil.

Le débat, en réalité, a surgi dès 2012 sur l’initiative du média militant Komitid. Jean-François Copé s’était alors inquiété d’ « un gouvernement en train de rayer du Code civil le terme de père et de mère pour le remplacer par parent A et parent B. »  Ce à quoi le rapporteur socialiste de la loi sur le Mariage pour tous, Erwann Binet avait rétorqué : «  Il n’est nullement prévu d’instaurer une numérotisation pour les hiérarchiser. Parler de parent 1 ou 2, c’est aussi une manière de désincarner le débat, de le déshumaniser. » Et Christine Taubira, alors garde des Sceaux, de confirmer : « Il est certain que nous ne ferons pas comme aux Pays-Bas, nous ne retiendrons pas les termes de parent 1 et parent 2. » C’était il y a sept ans. Une autre époque…

Qui aura le 1 et qui aura le 2?

Les fantasmes d’hier deviennent souvent les réalités d’aujourd’hui. Père et mère, définitivement ringardisés, n’ont qu’à bien se tenir. Parent 1 et parent 2 vont faire leur entrée dans le paysage scolaire. Et il y a fort à parier que l’administration dans son ensemble, cédant à l’air du temps et aux lobbies, ne tardera pas à suivre le mouvement…

Reste à déterminer qui sera le 1 et qui portera le numéro 2? Qui sera affublé de la moustache et qui portera la culotte ? Et si des mesures spécifiques seront adoptées pour les familles mono-parentales, représentant actuellement près de 20% de la population ?

Dans le même temps, on apprend, à travers différentes études scientifiques, que les insectes sont en voie d’extinction et qu’ils pourraient avoir totalement disparu de la planète à la fin du siècle. L’urbanisation excessive et l’agriculture intensive seraient les principales causes de ce cataclysme annoncé. Il ne semble guère préoccupé nos députés empêtrés dans des débats sociétaux un rien ubuesques.

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite