Accueil » Innovation » Mobilité verte : Et l’hydrogène ?
Hyudia Nexo / Photo Arthurbraun Wikimedia commons
Actualités Événement Innovation

Mobilité verte : Et l’hydrogène ?

J-2 pour 1er Charade Electric Festival dont 7 jours à Clermont est partenaire. Ce rendez-vous étant aussi labélisé New Tech, intéressons-nous aujourd'hui à la mobilité électrique-hydrogène.

Évoquer les nouvelles mobilités déclenche souvent pour ne pas dire systématiquement, des débats enflammés. Entre les conservateurs qui ne jurent que par le pétrole et ses dérivés, les déjà « acros à l’électricité » à qui l’on reproche de rouler au nucléaire et les modernes ouverts aux nouvelles technologies qui pensent que l’hydrogène est la panacée, le dialogue tourne souvent court. Et si au lieu de jouer l’opposition, on jouait la complémentarité ?

Un peu de vulgarisation

Essence, gas-oil, électricité : on ne présente plus. Mais l’hydrogène qu’est ce que c’est au juste ?
C’est un composant chimique, très présent dans l’univers, un gaz mis en évidence par Henry Cavendish en 1766, qui l’a appelé « air inflammable » parce qu’il brûle ou explose en présence de l’oxygène en formant de la vapeur d’eau. Antoine Lavoisier lui a trouvé son nom.
L’hydrogène était utilisé dans le transport aérien dans les années 30 puisqu’on gonflait les dirigeables avec, jusqu’au terrible accident du Hindenburg. Son inflammabilité le rend en effet dangereux mais représente une belle source d’énergie. C’est la raison pour laquelle il sert de carburant aux fusées. Pour l’automobile on l’utilise pour alimenter une pile à combustible afin de produire de l’électricité qui alimente à son tour les moteurs tout en rejetant de l’eau. La voiture à hydrogène est donc une voiture électrique qui se passe de batterie.

Faire le plein

Remplir le réservoir d’une voiture à hydrogène se fait presque aussi rapidement que dans une station essence, mais on imagine bien que pour ce qui est de la sécurité rien ne doit être laissé au hasard. Il convient donc d’avoir des stations spécifiques dans un environnement adapté. Aujourd’hui les infrastructures sont quasi inexistantes* et coûteuses à mettre en place. C’est précisément ce point qui risque de freiner le développement de l’hydrogène pour une utilisation grand public. Chaque particulier bénéficie en effet d’un abonnement à un fournisseur d’électricité et bientôt de points de recharge plus nombreux en milieu urbain. Cela favorise l’implantation de la mobilité électrique à batterie. Deux points sont en revanche positifs pour l’hydrogène comparé à l’électrique sur batterie : Une trace écologique plus légère et une autonomie plus grande pour l’usager.

Répartition des usages

Plutôt que de mettre en opposition ces deux technologies, sans doute est-il pertinent d’imaginer une forme de complémentarité. Elon Musk puissant patron de Tesla a beau prétendre que l’hydrogène est 50% moins efficace qu’un système solaire-batterie, la technologie semble avoir un avenir sur les flottes de véhicules. On peut très bien imaginer des entreprises des transports routiers ou autres**, des compagnies de bus, des groupements de taxis et même des collectivités posséder leurs propres stations hydrogène, les particuliers utilisant eux le pétrole pour quelques années encore et l’électricité sur batteries.  Les services de recherches et développement travaillent d’arrache-pied pour trouver des réponses efficaces aux problèmes de l’autonomie et de la production des batteries et les avancées sont nombreuses. rendez-vous donc dans quelques années pour faire le point sur ces deux technologies.

*voir notre article du 13 septembre 2019 : La première station à hydrogène de la métropole clermontoise inaugurée.
**Engie engagé dans une démarche 0 carbone, fait déjà rouler une partie de sa flotte à l’hydrogène.

Actualités Événement Innovation
Carte

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite