Accueil » Actualités » Charade voit l’avenir en vert
Lors du premier rassemblement de voitures électriques au printemps dernier / photo : 7 Jours à Clermont
Actualités Événement Innovation

Charade voit l’avenir en vert

A la veille de la première édition du Charade Electric Festival dont 7 jours à Clermont est partenaire, intéressons nous à l'avenir du circuit auvergnat qui mise sur les mobilités de demain pour pérenniser son avenir

Le circuit de Charade est un monument historique. Construit en 1958 autour du puy de Gravenoire, il a accueilli sur son tracé initial de 8km055, les plus belles heures des compétitions auto et moto des années 60 à 70. Devenu inadapté entre autres sur le plan de la sécurité, le circuit de montagne été progressivement délaissé par les compétitions internationales au profit de circuits plus courts, plus plats et offrant une meilleure sécurité. Malgré des transformations et une réduction à 4km à la fin de la décennie 80, il n’a jamais retrouvé le top niveau des compétitions mais il a conservé une aura extraordinaire auprès des pilotes et du public. Il reste d’ailleurs un magnifique spot pour les manifestations rassemblant les véhicules historiques de compétition. Comme de nombreux autres circuits il a également fait les frais de la lutte contre le bruit et s’est retrouvé bridé à seulement 10 journées d’exploitation par an pour des manifestations affolant le sonomètre.

De l’inquiétude à l’espoir

Propriété du département du Puy-de-Dôme, le circuit a suscité de nombreuses questions sur son exploitation et son avenir tout en restant un sujet de passion et de nostalgie. Pas toujours inscrit dans le cahier des priorités politiques, Charade a maintenu malgré tout, un programme d’activités et de rendez-vous populaires en tenant compte d’obligations quelque peu restrictives. Et puis la transition écologique est arrivée et, avec elle, le développement de la mobilité respectueuse de l’environnement. Faire revivre de temps en temps le passé et exploiter la piste en  faisant tourner des véhicules non polluants et non bruyants, allait devenir programme idéal pour que le circuit affronte l’avenir avec sérénité et sans renier son riche passé.

Une idée ambitieuse : le e.circuit

L’équipe du circuit réunie autour de son directeur Romain Sellier s’est lancé comme défi de faire de Charade le premier circuit électrique du monde au sein d’un département engagé sur la voie de l’énergie positive à l’horizon 2030. De plus, une emprise foncière conséquente de 80 hectares permet d’imaginer la création d’un technopole de la route et de la mobilité de demain où pourraient être développées toutes les nouveautés issues de la recherche et du développement. Pour pouvoir mener à bien ce projet, le département du Puy-de-Dôme doit transférer l’exploitation du circuit vers une société ouverte à des partenaires privés. Cette société, sans doute une SAS, devrait être créée d’ici la fin de l’année, début 2020 au plus tard. Estimé à plusieurs millions d’euros ce projet est aussi une course contre la montre car il y a fort à parier que d’autres circuits dans le monde sont dans la même dynamique.

Un rêve à Charade : la route électrique

Le problème majeur de la mobilité électrique est clairement la recharge des batteries. L’idée est donc de créer à Charade une piste à recharge dynamique utilisant le principe d’induction, le même que celui des plaques de cuisson. Les chercheurs de l’école clermontoise Polytech ont déjà résolu le problème de la vitesse de passage des véhicules sur les boucles intégrée au bitume et planchent sur l’idée d’un réseau autonome alimenté par la récupération d’énergie lors des freinages et des descentes avec un complément par panneaux photovoltaïques et éoliennes. On imagine aisément qu’avec un tel dispositif les constructeurs du monde entier seront prêts à tester leurs véhicules sur le circuit auvergnat, (seul circuit de montagne en activité en France)  dont la piste pourrait même être élargie dans certaines zones pour accroître la sécurité.
Ce rêve deviendra t-il réalité ? Avec passion et ambition tout est possible.

Actualités Événement Innovation
Carte

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite