Accueil » Innovation » Electricité : Mutation des sports mécaniques
Photo DR
Événement Innovation

Electricité : Mutation des sports mécaniques

7 jours à Clermont partenaire du 1er Charade Electric Festival se penche aujourd’hui sur le devenir des sports mécaniques qui passent, eux-aussi, par la case électrique.

Dans le milieu des courses, on travaille depuis toujours sur la consommation de carburant car réduire le nombre d’arrêts au stand peut être décisif pour une victoire finale. Les 3 grands constructeurs engagés dans le Championnat du Monde d’Endurance l’ont bien compris et ont imposé leurs moteurs hybrides chaque année aux 24 heures du Mans depuis 2012. Hors des circuits, l’Automobile Club de Monaco a organisé un Rallye de Monte-Carlo Energies Nouvelles dès 1995, pour, 20 ans plus tard, limiter la participation aux seuls véhicules électriques ou à hydrogène.
Le sport mécanique se préparait donc depuis longtemps à évoluer vers le 0 émission en intégrant la motorisation électrique plus simple à mettre en œuvre que celle à hydrogène.
Du côté des fédérations, française et internationale on a vite compris l’intérêt de doubler les épreuves thermiques avec des épreuves électrique à l’image du championnat de Formule 1 et son pendant Formule E qui a permis au français Jean-Eric Vergne de décrocher le titre de champion du monde en 2018 et 2019.

Après les formules les autre disciplines

Suite au succès des courses de e.monoplaces auxquelles participeront en 2020 Porsche et Mercedes, ce sont plusieurs autres disciplines qui sont passées à l’électrique : Le Rallye avec l’ENRS dont le champion du monde en titre est l’auvergnat Didier Malga, le Trophée Andros dont la catégorie Elite Pro est désormais 100 % électrique, le Rallye Cross qui y vient pour 2020, la Course de Côte qui s’y prépare et même la moto avec un championnat en ouverture des courses de Moto GP depuis cette saison.
Même si l’Allemagne annonce la fin de la production des véhicules thermiques pour 2030 (2040 pour la France), pour l’instant une discipline ne chasse pas l’autre et les championnats avec véhicules thermiques ne sont pas remis en cause. Les spectateurs pourront donc continuer à voir des courses disputées avec des voitures qui « font du bruit », alors que les pilotes engagés sur les e.formules apprécieront le calme propice à la concentration donc aux performances.

L’innovation pour voir l’avenir sereinement

Le développement de la technique électrique en compétition aura un impact fort sur les déplacements quotidiens puisque l’une des vocations de la compétition, est bien de tester ce que monsieur tout le monde retrouvera plus tard dans son véhicule. Cette transition sera également une réponse aux problèmes environnementaux récurrents d’un bon nombre de circuits, pollution et bruit notamment.
Ainsi, une réflexion est engagée pour créer un championnat d’e.endurance dans lequel Le Mans jouerai un rôle important, mais aussi Alès, Pau et Charade où l’on réfléchie à un système intégré dans la piste de zones de recharge par induction .

Sortir de l’écologie punitive

Les champions du Monde écolos : A.V. Bonnel, D. Malga, J.E Vergne / Photo DR

Didier Malga*, champion du monde en titre des Rallyes ENRS mais aussi promoteur du championnat français et impliqué au sein de la FFSA, le répète sans cesse, « il faut sortir de l’écologie punitive et regarder tout le côté positif généré par la transition ». Avenir plus serein pour les circuits, développement de nouvelles écoles et filières, création d’entreprises où règne l’innovation sont au cœur d’une nouvelle économie prometteuse. Passionné depuis toujours par l’automobile, le pilote défend aussi l’idée que le thermique doit garder son rang en compétition en parallèle à l’électrique. « L’invention de la voiture à pétrole n’a pas tué les courses de chevaux » dit-il en plaisantant, ajoutant que le fort attachement au patrimoine laisse des perspectives aux monde des Véhicules Historique de Compétition et de collection.

*Didier Malga et Nathanaël Berthon (pilote Andros et endurance) seront parmi les intervenants du e.débat organisé jeudi 17 octobre à partir de 18h30 à l’ESC dans le cadre du 1er Charade Electric Festival

Événement Innovation
Carte

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite