Accueil » Vie publique » Métropole clermontoise : ça chauffe sous nos pieds
Chaufferie urbaine_Clermont Auvergne Métropole
Photo Clermont Auvergne Métropole
Vie publique

Métropole clermontoise : ça chauffe sous nos pieds

La métropole clermontoise s’est fixé comme objectif de raccorder plus de 20.000 équivalents-logements aux réseaux de chaleur alimentés par des énergies renouvelables ou de récupération pour faire baisser l’empreinte carbone du territoire. D’importants et nombreux travaux sont en cours pour respecter un calendrier qui fixe l’échéance à 2026.

Le Schéma de Transition Énergétique et Écologique de Clermont Auvergne Métropole adopté début 2019, a fixé l’objectif ambitieux de créer un territoire à énergie positive d’ici 2050. Cet objectif répond aux enjeux du changement climatique et de l’épuisement des ressources fossiles. Il nécessite de réduire fortement les consommations d’énergie du secteur tout en couvrant des besoins résiduels par des énergies renouvelables locales. Pour opérer la transition, plusieurs grands chantiers sont en cours, l’un des plus emblématiques étant l’extension des réseaux de chaleur urbains, désormais sous la compétence de la métropole. L’investissement total des différents projets se monte à près de 65 millions d’euros, le prix à payer pour une transition écologique inévitable.

Çà chauffe sous nos pieds

On ne les voit pas et pourtant ils sont bien là sous les trottoirs et les chaussées pour chauffer des quartiers entiers. Sur l’emprise de la métropole 4 réseaux de chauffage et d’eau chaude sanitaire alimentent divers bâtiments et des immeubles collectifs d’habitation. 7 km de tuyau à la Gauthière, 14 km à Croix-Neyrat acheminent l’eau réchauffée dans deux centrales alimentées avec du bois issu de la production locale, vers plus de 5.600 logements, le musée d’art Roger-Quilliot, le bâtiment de la Région, le lycée Ambroise-Brugière, l’école d’Architecture, le site Michelin de la Combaude, la Poste de Croix-de-Neyrat ou encore le stade Gabriel-Montpied.
Deux réseaux à Beaumont et Royat, desservent quant à eux 1.200 équivalents logements, celui de Royat ayant la particularité d’avoir pour principaux abonnés les thermes de Royat et Royatonic.

Extension des réseaux

La métropole a engagé une extension de 15 km sur deux réseaux clermontois. D’ici fin 2022, de nouveaux bâtiments seront alimentés comme des écoles, résidences et copropriétés, sur les secteurs d’Estaing, Gare, et République mais aussi des bâtiments emblématiques comme le 92e Régiment d’infanterie ou le site Cataroux Michelin. Le réseau pourra livrer un supplément de plus de 40 GWh, soit les besoins de chaleur pour 4.000 logements supplémentaires.
En plus de leur extension, les deux réseaux vont s’interconnecter pour mutualiser leur capacités de production et permettre de faire grimper le taux d’énergie renouvelable global à 75 % sur l’ensemble des deux réseaux. L’évolution permettra également la récupération d’énergie via le site Michelin de Cataroux, en substitution du bois.
A partir de 2023 , le réseau de Beaumont va lui aussi entamer sa transformation, ce sera d’ailleurs le plus gros projet de la région pour desservir une partie d’Aubière et le quartier Saint-Jacques qui a entamé sa profonde mutation.

Du chauffage grâce aux poubelles

C’est grâce à l’énergie produite par l’incinération des déchets ménagers sur le site de Beaulieu que le nouveau réseaux Saint-Jacques sera alimenté en eau chaude. 34 km, dont 26 km nouveaux, pour 10.000 équivalents-logements. Cette énergie de récupération, devrait alimenter le Campus des Cézeaux, le CHU Montpied, le Centre Jean-Perrin, le CROUS ainsi que de nombreux équipements publics et logements collectifs. A ce moment là, la vielle chaufferie située à ôté de la Muraille de Chine pourra être démantelée. Le programme prévoit un rythme de travaux intensif avec 15 km de réseau en 2023 et 11 km en 2024.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite