Accueil » Événement » Marion Rousse : « des filles sur un vélo, ça n’a rien d’anormal »
Marion Rousse / Photos 7 Jours à Clermont
Marion Rousse / Photos 7 Jours à Clermont
Entretiens Événement Sports

Marion Rousse : « des filles sur un vélo, ça n’a rien d’anormal »

La seconde édition du Tour de France féminin avec Zwift démarre ce weekend de Clermont. Comme pour l'édition 2022, la manifestation s'annone déjà comme un succès populaire en se positionnant en véritable 4e semaine du Tour de France. Marion Rousse, sa directrice, affiche beaucoup de sérénité.

7 Jours à Clermont : Avec le Tour de France femmes, le cyclisme féminin est-il entré dans une nouvelle dimension ?
Marion Rousse : Le cyclisme féminin a énormément évolué ces dernières années. Ce qui était hyper important pour nous était d’instaurer un salaire minimum. Cela a créé une densité dans le peloton, ce que l’on avait pas les dernières années. Les courses sont super à regarder à la TV, sportivement parlant, il y a une vraie cohérence à organiser un Tour de France femmes.

7JàC : Faut-il être passionné de cyclisme pour apprécier le Tour femmes avec Zwift ?
M.R : La magie du Tour permet à ce que des gens qui ne sont pas passionnés de vélo, qui ne vont regarder aucun course tout au long de l’année, vont quand même s’intéresser au Tour et vont découvrir de nouveaux personnages. C’était ce qui était important pour nous, pour que ce Tour existe enfin pour les femmes. Il fallait montrer que des filles sur un vélo ça n’a rien d’anormal et que ça envoie.

7JàC : Les  coureuses et les équipes attendaient cet événement ?
M.R : C’était plus facile de travailler avec des équipes féminines que masculines… les filles attendaient tellement cela, depuis des années et des années, d’avoir leur propre Tour de France. Elles ont vu qu’on les considérait et que c’était un vrai Tour de France, pas juste une appellation qu’on mettait pour faire bien et que derrière c’était une course lambda. On a vraiment repris les codes et on a fait en sorte que ce soit une véritable 4e semaine du Tour de France et du feuilleton du mois de juillet.

7JàC : Vous avez été surprise par l’accueil du public ?
M.R : Je n’ai pas été surprise parce que je savais qu’on allait avoir de belles courses. Après je me posais des questions. Il s’agissait de savoir s’il y allait avoir du monde présent au bord des routes, si les gens allaient regarder. Non pas la première journée parce qu’il y a un effet de surprise et l’envie de savoir ce que ça va donner, mais sur la durée.

7JàC : Et du coup, la magie a fonctionné ?
M.R : Au dernier jour, on a fait un pic de plus de 5 millions d’audience sur France Télévision. L’intérêt des gens est resté présent toute la semaine et a même évolué en fonction des étapes. C’est le signe que c’était intéressant et que cela a plu. Il suffisait de voir le nombre de personnes au bord des routes qui s’étaient prêtées au jeu en se déguisant, en faisant des pancartes pour encourager les championnes. Le public était prêt à accueillir cet événement, ils y ont fait honneur. Les championnes y ont fait honneur, mais les gens aussi de part leur comportement et leur soutien ont fait honneur à l’événement.

Les villes ont envie d’avoir les Tours

7JàC : Quel accueil de la part des municipalités ?
M.R : Honnêtement, avec Christian Prudhomme, on a reçu énormément de candidatures de villes qui demandent et le Tour des hommes et le Tour féminin. J’ai l’impression que maintenant, c’est presque rentré dans la norme de demander les deux Tours. Les villes ont envie d’avoir les Tours. Clermont-Ferrand est bien servie cette année, j’espère que les clermontois aiment le vélo

7JàC : Les sponsors ont répondu présent ?
M.R : On a été bien reçu. 2022 était la première année, alors il a fallu en rassurer, mais je peux confirmer que certains sponsors qui n’étaient pas présents la première année, sont bien présents en 2023, parce qu’ils ont vu le succès. La caravane c’est pareil. Pour nous, il était inconcevable qu’il n’y ait pas de caravane, même si ce n’est pas le côté sportif, parce que cela fait partie de la magie du Tour qui doit rester un spectacle gratuit à ciel ouvert. Cette année elle est plus grande évidemment.

7JàC : Pour conclure, vous êtes satisfaite à titre personnel de ce qui se passe avec le Tour et le cyclisme féminin en général ?
M.R : Le sport féminin est évidemment très important pour moi. J’ai connu des plans galère en étant cycliste féminine et en étant obligée d’aller travailler en même temps… alors oui, c’est toujours un sujet qui me touche.

lire aussi notre article : Réussite(s) au féminin pluriel 

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé