Accueil » Sports » Marion Kellin : « Être à la hauteur des missions qui me sont confiées »
Marion Kellin / Photo MK
Marion Kellin / Photo MK
Sports

Marion Kellin : « Être à la hauteur des missions qui me sont confiées »

7 jours à Clermont à rencontré de l’auvergnate Marion Kellin, directrice d'ADPS Formation, Association pour le Développement Professionnel des Sportifs et personnage très impliqué dans le rugby local et national, en tant que membre de la gouvernance de la FFR avec Florian Grill.

Philippe Thivat : Marion, peux-tu présenter ton poste au sein de la Fédération Française de Rugby ?
Marion Kellin : Je suis membre du Bureau Fédéral de la Fédération FFR, vice-présidente chargée de la formation, des écoles de rugby et du pôle Jeunes Cadets et Juniors.

P.T : As-tu le temps d’entraîner avec toutes ces occupations ?
M.K : Je n’entraînais plus ces derniers mois, mais si ma fille (celle de 4 ans) confirme son souhait de jouer au rugby, plutôt que de rester sur le bord de la main courante les samedis matins, je risque d’être tentée d’aider sur la catégorie U6… ! Affaire à suivre dans les semaines à venir…

Actions multiples sur le territoire pour la coupe du monde

P.T : Vous êtes une toute jeune équipe fraîchement élue avec la coupe du monde qui arrive. La pression n’est pas trop grande ?
M. K : Si, la pression est grande, en tout cas pour moi, mais je vais tout faire pour être à la hauteur des missions qui me sont confiées. Je ne suis pas très inquiète non plus, car je suis entourée de salariés de la FFR et de techniciens de la Direction Technique Nationale très compétents mais aussi de bénévoles très engagés sur ces gros pôles et au sein du comité directeur. L’équipe autour de Florian Grill est solide et solidaire pour faire avancer tous les projets dans le sens d’une Fédération à missions.

P.T : Cela doit -être un véritable engouement populaire. Des fans zone sont prévues un peu partout. Quelles vont être vos actions sur le sol national pour plébisciter ce sport et cet événement majeur ?
M. K : Les actions sont multiples, et concernant les écoles de rugby nous allons déjà avoir la Semaine
nationale des EDR du 6 au 13 Septembre 2023. C’est la 7e édition et c’est devenu un rendez-vous attendu et désormais incontournable. 1513 clubs sont inscrits cette année, un record par rapport aux éditions précédentes, l’engouement grandissant du territoire est visible. Partout en France, Les clubs ouvrent leurs portes pendant une semaine : les licenciés invitent leurs copains et copines entre 3 et 14 ans qui souhaitent découvrir le ballon ovale. C’est l’événement phare de la rentrée consacré au développement et à la découverte du rugby par l’initiation. Les EDR ont toutes reçu une dotation importante de goodies, aux couleurs de la coupe du monde, pour que les enfants repartent de ces initiations avec un petit cadeau.

Labellisation des écoles de rugby

P.T : Vous militez pour un état d’esprit pacifié au sein de la gouvernance. Les tensions sont aujourd’hui derrière vous ?
Marion Kellin : Oui toutes les tensions sont levées. Tout le monde travaille dans le même sens au sein du bureau fédéral. Le dernier Comité Directeur s’est également très bien déroulé, dans un climat redevenu normal, nous sommes sortis de l’immobilisme du début d’année…

P.T : De quel ordre vont être tes missions au sein de cette institution ?
M. K : Sur les EDR : c’est fixer la feuille de route nationale, mais c’est de la compétence des organes déconcentrés et notamment des comités départementaux d’organiser les plateaux/oppositions. Les sujets du comité de pilotage national portent sur la labellisation des EDR (plus de 900 déjà labellisées), l’établissement du cahier annuel des EDR qui sort pendant l’été, l’organisation de l’Orange Rugby Challenge (sur les U12 cette saison), la cohérence des calendriers des challenges (Fédéral à X, à XV, Super Challenge de France…) Sur 324 286 licenciés en France : 126 450 inscrits dans une EDR soit quasiment 39%.

P.T : Les jeunes et la formation aussi ?
M. K : Sur les Jeunes : c’est de réfléchir sur les modalités de fidélisation des cadets et Juniors. Nous travaillerons en lien avec le pôle compétitions géré par Xabi Etcheverry (et Laurent Estampe) et le pôle féminin mais aussi les organes déconcentrés qui ont tous déjà mis en place des actions sur leur
territoire.
Sur la formation, c’est le développement de l’institut National Emploi formation (INEF) qui regroupe les formations des dirigeants/bénévoles, les formations fédérales, de branche, d’état mais aussi les formations des arbitres et formations médicales ainsi que le développement du centre de ressources de la FFR (création de documents utiles pour les clubs sur divers sujets).

Renforcer le rugby en milieu scolaire

P.T : Vous défendez un rugby de territoire, un rugby de proximité, quel est l’état du rugby amateur aujourd’hui ?
M. K : Le rugby amateur a un peu souffert de la perte de proximité lors de la fusion des régions dans les territoires concernés (comme le nôtre en AuRA), le retour des boucliers de terroir a été vraiment très apprécié par les clubs et joueurs amateurs avec des fêtes du rugby incroyables. Nous devons recréer le lien perdu, notamment là où les comités départementaux n’ont pas suffisamment de ressources humaines ou financières pour répondre aux besoins et sollicitations de leurs clubs.
Depuis début Juillet, Florian Grill a mis en place des réunion hebdomadaires avec les Présidents de Ligues régionales pour évoquer tous les problèmes rencontrés dans les territoires. Ce sujet est également suivi par Jordan Roux et Sebastien Carrez et les informations circulent dorénavant mieux entre la FFR et ses organes déconcentrés

L'équipe Ovale ensemble / Photo Oval ensemble
L’équipe Ovale ensemble / Photo Oval ensemble

Fidéliser les nouveaux licenciés et pérenniser les projets sportifs et humains

P.T : Comme le souligne le président Florian Grill « le rugby doit se reconstruire par la base ». Le chantier semble immense. Par où commencer ?
M. K : Et bien je dirais évidemment, commençons par les écoles de de rugby et en cela la semaine nationale des EDR qui a lieu, cette saison, du 6 au 13 Septembre est le meilleur moyen de s’initier pour nos jeunes pousses.
On souhaite également renforcer la pratique du rugby dans le milieu scolaire : le dispositif Ecol’Ovale continue a fonctionner, mais nous souhaitons donner les moyens au milieu scolaire par un plan d’action solide en renforçant la collaboration entre le rugby et l’Éducation Nationale (formations pour les enseignants, journées d’initiation au rugby dans les écoles, encourager l’intégration du rugby dans les programmes éducatifs)
La saison dernière tous les moins de 8 ans ont été dotés d’un ballon en mousse pour emmener dans leur établissement scolaire pour faire du rugby à toucher. Le ballon était équipé d’un QR code qui renvoyait sur des outils pour animer cette pratique à l’école.
De manière plus globale je dirais qu’il faut arriver à donner l’envie à tous de venir pratiquer, s’initier au rugby par le type de pratique qui lui convient le mieux : le rugby à 5 (toucher), le rugby loisirs, le rugby adapté, rugby santé, rugby fauteuil, le Seven, le X, le XV…

P. T : Le rugby est un formidable levier contre l’exclusion, c’est ce qui vous rassemble et vous fait avancer ?
M. K : Oui effectivement c’est un sport qui a toujours rassemblé tous les profils, sans distinction, où le surpoids, la taille, et plus récemment la transidentité, n’est pas un problème… Pascale Mercier se penche, elle, sur tous les sujets de rugby santé et rugby adapté afin de multiplier l’ouverture de sections dans tous les territoires. Le travail des « RUBIES » en faveur des femmes qui sortent d’un cancer du sein est formidable.

P.T : Avec une situation financière de près de 20 millions d’euros de perte d’exploitation, cela n’est il pas un écueil à vos projets ?
M. K :Sur cette question-là, ma confiance est totale en Claude Hellias qui a repris en main les sujets de trésorerie. Charge à nous de trouver d’autres modalités de financement de nos projets, d’aller chercher des ressources nouvelles, et de maîtriser mieux les dépenses. Dans un premier temps, toutes les commissions fédérales ont été recomposées avec une volonté de réduire les frais et de plus s’appuyer sur le réseau des territoires/organes déconcentrés que sont les Ligues et les Comités départementaux.

Sécuriser la pratique du rugby

P. T : En 2007 suite à la coupe du monde en France, il y a eu 35% de licenciés en plus. En 2023 cela risque de se reproduire, mais il va falloir pérenniser ces inscriptions. Quel est votre projet à ce sujet ?
M. K : En étant prudent nous estimons une augmentation de +20% de licenciés grâce à la coupe du monde. Mais oui, effectivement le sujet de la pérennisation des licenciés est un sujet majeur sur lequel la FFR et les territoires se sont déjà penchés et notamment sur les catégories Minimes, Cadets et
Juniors.
Les clubs ont fait beaucoup d’efforts de structuration, la reforme des conseillers techniques de clubs va dans ce sens tout comme le programme Campus 2023 également avec un appui en ressource humaine administrative
Nous avons récemment appuyé l’héritage de ce parcours de formation « Administrateur de structure sportive » qui est en train d’être retravaillé avec le COSMOS. Cela pourrait venir en complément des parcours de formation BP JEPS et DE JEPS rugby à XV qui fonctionnent dans les différentes régions de France.
Un sujet important a aussi été pris à bras le corps : celui de la sécurité des pratiquants. La FFR est une institution soucieuse de ses pratiquants : le programme « Rugby #Bienjoué » a pour but de sensibiliser les acteurs du jeu à une pratique du rugby adaptée, éclairée et sécurisée. 50 actions sont d’ailleurs recensées et mise en œuvre sur l’ensemble du territoire. Le programme « Rugby #Bienjoué » comprend 4 piliers : #bienpréparé, #bienpratiqué, #bien informé, #biensuivi La protection des joueurs et joueuses est présente dès l’école de rugby, avec la formation des éducateurs et l’adaptation des règles :
-Instauration de la règle du passage en force pour toutes les catégories de l’École de Rugby : « un joueur porteur du ballon ne doit pas percuter volontairement un joueur arrêté »
-Organisation d’ateliers « École de Rugby » apporter aux éducateurs du contenu lié notamment à l’apprentissage du contact, avec le ballon, avec le sol, avec l’autre.
-Mise en place de la chasuble bien joué avec la GMF pour apprendre, une fois le niveau atteint, le plaquage sur les bonnes zones.

Coupe du monde 2023 / Photo J.M. Lhermet
Coupe du monde 2023 / Photo J.M. Lhermet

À propos de l'auteur

Philippe Thivat

Philippe Thivat, est correspondant d’un hebdomadaire dans l’Allier et intervenant auprès de l’ASM Romagnat rugby féminin en tant que rédacteur journaliste sportif. Il est également engagé dans le rugby citoyen qui œuvre grâce à ce sport à l’intégration des personnes handicapées et de personnes migrantes.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé