Accueil » Économie » La Région Auvergne-Rhône-Alpes monte sur ses grands chevaux
L'activité équestre, aux confins du sport, des loisirs et du tourisme-photo D.R.
Économie

La Région Auvergne-Rhône-Alpes monte sur ses grands chevaux

La filière équine participe activement à l'économie du territoire. Pour l'aider dans une période difficile, la Région a décidé d'aides exceptionnelles.

Si l’ouest de la France demeure l’incontournable berceau et le porte-drapeau de l’activité équine en France, la région Auvergne-Rhône-Alpes est loin d’être quantité négligeable dans ce domaine. Avec 6400 entreprises liés aux équidés et 14.000 emplois, elle s’affirme même au second rang des régions de l’hexagone. 1200 centres équestres jalonnent le territoire et quelques 80.000 licenciés montent régulièrement à cheval. Quant au tourisme équestre, avec ses 20.000 kilomètres d’itinéraires balisés, il représente ici la deuxième activité de pleine nature, après le ski, naturellement. Et n’oublions pas le sport hippique qui bénéficie de quelques sites majeurs, comme l’hippodrome de Vichy-Bellerive, au bord de la rivière Allier, et celui de Lyon-Parilly qui participent grandement à l’économie locale.

Un plan sur trois ans…

Photo D.R.

Consciente de l’importance de ce secteur, la Région a lancé en mars 2019, un “Plan Ambition Cheval” doté de 7,4 millions d’euros sur trois ans. Il a pour objet de sécuriser et rendre accessibles les centres équestres, améliorer l’attractivité des hippodromes, structurer l’offre touristique et soutenir l’innovation des entreprises. A ce jour, 400 structures ont fait une demande d’aide officielle et ont eu une réponse de la Région. 11 hippodromes ont bénéficié d’une subvention régionale. 44 gîtes touristiques ont été aménagés en 2019 pour accueillir des cavaliers. En tout, 1 million d’euros a déjà été investi par la Région. « Tant pour la formation que pour le tourisme, la filière équine est un modèle d’excellence qui propulse notre territoire au rang de grande région du cheval en France et en Europe. Mais nos centres équestres, au nombre de 1 200 sur l’ensemble du territoire régional, ont été frappés de plein fouet par la crise sanitaire » explique Laurent Wauquiez, le président de la Région.

L’hippodrome de Vichy.

Des aides post-confinement

C’est la raison pour laquelle, la collectivité a décidé d’une aide exceptionnelle post-confinement dont l’enveloppe globale s’élèvera à 2 millions d’euros. Elle viendra en aide aux centres équestres dont l’activité a été brutalement interrompue durant deux mois et demi pour un montant de 2.000 € en investissement. Concrètement, les structures éligibles sont celles ayant subi des pertes de chiffres d’affaires d’au moins 50% tout au long des mois de mars, avril et mai par rapport à l’année 2019. Mais aussi celles qui ont un emprunt en cours ou bien ont réalisé des investissements en 2019 et 2020. Les centres d’entraînement peuvent également prétendre à ce dispositif exceptionnel. Enfin, en ce qui concerne les structures créées en 2019 ou en début d’année 2020, l’aide forfaitaire leur sera attribuée sans justifier de la perte de chiffre d’affaires. Seuls les centres équestres ayant bénéficié du fonds d’urgence tourisme n’entrent pas dans ce cadre. Enfin, la Région veut permettre aux centres équestres d’accéder à des emprunts à taux zéro pour lesquels elle se portera caution, ces prêts allant de 3 000 à 20 000 euros avec un différé de remboursement de deux ans. Bref, un remède de cheval pour une filière sévèrement touché par les effets de l’épidémie.

 

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite