Accueil » Culture » 57e festival de la Chaise-Dieu, l’art de se réinventer
Orchestre national de Belgique / Photo Vincent Jolfre
Orchestre national de Belgique / Photo Vincent Jolfre
Culture Événement

57e festival de la Chaise-Dieu, l’art de se réinventer

Le 57e Festival de la Chaise-Dieu va débuter dans quelques jours. Cette édition est la première dont la programmation est signée par le nouveau directeur Boris Blanco qui souhaite réinventer la manifestation sans trahir le passé.

Faire durer un festival plus de 50 ans s’apparente à une prouesse, qui plus est, lorsque ce festival est consacré à la musique classique et se déroule au beau milieu du Massif central. Le Festival de la Chaise-Dieu prouve chaque année, depuis 1966, que la formule imaginée par le pianiste Georges Cziffra et une poignée de passionnés était finalement très pertinente. Mais encore fallait-il trouver la recette pour rendre la manifestation durable d’autant qu’en un demi-siècle, cette musique classique toujours qualifiée de « savante », a beaucoup perdu de sa visibilité médiatique toute en constatant un vieillissement de son public.

Se réinventer sans trahir le passé

Jouer les « passeurs de témoin » est sans conteste la manière la plus efficace de défendre un type de musique tout en garantissant le fameux renouvellement des publics recherchés par tous les directeurs de manifestation ou de saisons régulières. Le conseil d’administration du festival de la Chaise-Dieu l’a sans doute bien assimilé en nommant Boris Blanco, à peine trentenaire, au poste de directeur en 2022. Représentant à la fois les jeunes musiciens, puisqu’il est lui même violoncelliste, mais aussi les générations Y et Z biberonnées au numérique et aux stratégies marketing, il présente pour la 57e édition du festival, sa première programmation personnelle. Nul ne sera surpris de constater que le néo-directeur a visé l’équilibre en invitant les grandes stars du moment et des « jeunes pousses » dont on reparlera forcément dans les années à venir. Dans son édito Boris Blanco évoque la promesse qui « est bien évidemment celle d’un festival qui sait se réinventer sans se trahir ».

Stars et anonymes à la Chaise-Dieu

En ce milieu du mois d’août 2023, les rues de la Chaise-Dieu prendront des allures de « Croisette de la musique classique ». Alexandre Kantorow, Alexandre Tharaud, Renaud Capuçon, Daniele Rustioni se succéderont pour jouer les solistes aux côtés des grands orchestres, parmi lesquels l’Orchestre national de Lyon, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, l’Orchestre national d’Île-de-France… de quoi assurer un intérêt médiatique et, souhaitons-le, une mise en lumière des jeunes musiciens encore anonymes invités dans le cadre du programme Génération Chaise-Dieu. Ce nouveau dispositif lancé par le festival a proposé à trois ensembles de musique de chambre, en début de carrière, d’être accueillis en résidence tout au long du festival. Les masterclass dans différents lieux de La Chaise-Dieu seront publiques et les ensembles se produiront chaque jour dans une des communes partenaires de ce projet.

Qui est Boris Blanco ?

Né il y a 30 ans à Nice, Boris Blanco est devenu directeur du Festival de la Chaise-Dieu en 2022, succédant à Julien Caron qui occupait le poste depuis 2012. Il est diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, détenteur d’un Master de l’Universität für Musik und darstellende Kunst de Graz en Autriche et d’un master Arts et Politiques complété sur les bancs de Sciences-Po Paris. Violoniste il est également membre du quatuor Magenta et de la promotion de l’Académie Jaroussky 2019. Malgré son jeune âge, il possède déjà une belle expérience en tant que responsable de manifestation puisqu’avant de prendre la direction du festival casadéen, il avait fondé le festival de musique de chambre Instants de Grasse en 2016. Lors de sa nomination à la direction du festival auvergnat, il avait déclaré vouloir développer le rôle d’incubateur de nouveaux talents.

57e festival de la Chaise-Dieu (43) du 17 au 27 août 2023. Découvrir toute la programmation en cliquant ICI

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé