Accueil » Edito » Jeunes loups aux dents longues
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

Jeunes loups aux dents longues

Le plus jeune Président de la République a nommé le plus jeune Premier ministre. Et l’opposition n’est pas en reste en matière de précocité.

La nomination de Gabriel Attal à Matignon participe évidemment du rajeunissement spectaculaire de la vie politique dans notre pays qui, soit dit en passant, n’a jamais compté autant de personnes âgées. Ce coup de jeune n’a rien d’anecdotique puisqu’Emmanuel Macron, lui-même, fut élu à l’Elysée à l’âge de 39 ans , battant de loin le précédent « record » en la matière établi par Valéry Giscard d’Estaing (48 ans) en 1974. Le Rassemblement National, principal parti d’opposition, est aujourd’hui dirigé par Jordan Bardella, un leader qui n’a pas trente ans,  âge où certains terminent tout juste leurs études  à l’université.

Wait and see

Doit-on se féliciter de ce baby boom politique ? S’extasier en constatant que la valeur n’attend pas le nombre des années ? Préférer définitivement les jeunes loups aux vieux chevaux sur le retour ? En réalité, il nous semble que la jeunesse n’est ni une qualité, ni un défaut. Elle peut tout au moins présenter des avantages, puisqu’elle est en principe garante d’avenir, et induire quelques inconvénients, comme le manque d’expérience. Attendons donc pour juger les uns et les autres non pas à la lumière de leur date de naissance mais au regard de leurs actions et de leur bilan. Le phénomène est en tout cas révélateur du jeunisme régnant dans notre société.

L’exemple américain

Dans le même temps, aux Etats-Unis, pays dont l’on nous dit qu’il a toujours une séquence d’avance sur le continent européen, ce sont deux ancêtres qui s’apprêtent à s’écharper à l’occasion de l’élection présidentielle du mois de novembre. A gauche sur le ring, le tenant du titre, Joe Biden, bientôt 82 ans ; face à lui, son cadet, Donald Trump, « seulement » 78 ans. Les deux adversaires de ce match retour pourraient viser une place dans une maison de retraite de grand standing, ils en ont assurément les moyens. Mais c’est à la Maison Blanche qu’ils entendent passer leurs vieux jours. Si les vents soufflent vraiment de l’ouest, l’affiche américaine pourrait laisser quelque espoir à « nos » vétérans de la politique, un peu chahutés par la jeunesse ambiante.

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé