Accueil » Actualités » Jazz en Tête, reflet d’une musique vivante
Jazz at Lincoln Center / Photo 7 jours à Clermont
Photo 7 jours à Clermont
Actualités Culture

Jazz en Tête, reflet d’une musique vivante

La 34e édition de Jazz en Tête a pris fin sur un magistral concert du Jazz at Lincoln Center with Winton Marsalis joué, chose rare, à guichet fermé. Une fois de plus le festival clermontois a démontré à quel point le jazz est une musique vivante qui se réinvente continuellement sans jamais renier ses racines.

Le jazz devrait être érigé en modèle la société. Cette musique rassemble et sert de socle à une mixité incroyable. Mixité des origines de ceux qui la jouent, mixité des styles, mixité des apparences, mixité des âges. Il possède finalement quelques chose de très religieux. Ouvert à tous, il rassemble des fidèles et offre un livre de messe rédigé depuis largement plus d’un siècle par tous ceux qui en ont fait l’histoire.

Que faut-il retenir de la 34e édition du festival Jazz en Tête ?

Ce qu’il faut-il retenir est sans doute l’extraordinaire vitalité de la musique qu’il présente, une musique qui s’auto-enrichit par le croisement perpétuel des générations et des styles de musiciens qui, chacun à leur tour, apportent de la nouvelle matière. La prestation au mélodica du “gamin” de Joe Sanders aura tout autant étonné le public que celle de Kirk Lightsey, pianiste octogénaire de haut vol. L’aspect vestimentaire de Keyon Harrold aura détonné face à la rigueur du “dress code” du Jazz at Lincoln Center, bien que l’histoire évoquée soit finalement la même. La douceur antillaise de la musique de Xavier Belin aura radicalement changé de la débordante puissance du batteur américain Makaya McCraven. En réunissant ses copains de scène, le batteur clermontois Marc Verne aura eu la même intention que le batteur Tito Bertholo, l’homme du rassemblement de la fratrie guadeloupéenne Abraham. Et au milieu de cet inventaire, tel un gourou, le saxophoniste Kenny Garrett, disciple de Miles Davis, a raconté l’histoire du jazz et celle des origines du monde.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite