Accueil » Environnement » Ceyrat au chevet de sa forêt
Forêt sectionnale de Boissejour / Photo Ville de Ceyrat
Forêt sectionnale de Boissejour / Photo Ville de Ceyrat
Environnement Vie publique

Ceyrat au chevet de sa forêt

La forêt de Ceyrat souffre des épisodes consécutifs de chaleur qui se succèdent. Face au dépérissement, en particulier des sapins, la commune a lancé un programme d'"îlots d'avenir". Des opérations d'abattage-reboisement ont débuté dans deux zones.

La forêt de Ceyrat, constituée des forêts sectionales de Ceyrat et de Boisséjour est divisée en 17 parcelles forestières. Elle s’étend sur 182 hectares à une altitude variant de 550 et 800 mètres. Cette forêt est très impactée par les épisodes répétés de sécheresse et de températures élevées, phénomène observable sur une grande partie territoire français et qui se traduit par l’affaiblissement des arbres, le séchage sur pied et au final, la chute. Cela empêche la forêt de jouer son rôle de protection contre les éboulements, de limitation des ruissellements et de l’érosion.

Le sapin le plus touché

Une rapide observation de la forêt de Ceyrat montre que le Sapin pectiné (appelé aussi Sapin commun ou blanc) qui représente à lui seul 28% de la surface boisée est particulièrement touché par le dépérissement. Pouvant atteindre 60 à 80 mètres, il est l’arbre européen le plus haut. S’ils sont confinés et alimentés en eau sur les versants Nord, les sujets sont capables de vivre jusqu’à 600 ans, mais ceux situés sur les autres versants sont condamnés à courte échéance, une vingtaine d’années selon les experts. Les Pins sylvestres et Pins noirs sont également touchés mais dans une moindre mesure.

Préparer l’avenir

Au chevet de sa forêt, la municipalité de Ceyrat a décidé de créer des « îlots d’avenir », sur des surfaces de moins d’un hectare où les sapins sont en fort dépérissement et où la dynamique de régénération naturelle n’a pas débuté. Le principe est de faire une coupe rase avec exploitation des bois représentant une valeur marchande puis de procéder à la plantation d’essences plus résistantes aux effets du changement climatique. Les forestiers feront alterner des résineux et des feuillus ce qui permettra de conserver l’aspect visuel actuel tout en favorisant la biodiversité. Ce mélange des essences est aussi une réponse à la propagation d’éventuels incendies. Les « îlots d’avenir » devraient être repeuplés de Pins Laricio, Pins de Salzmann et de Pins maritimes mais aussi de Chênes pubescent, espèce qui a besoin de lumière et de chaleur.

« Parcours de santé » et « Redon » les deux premières zones concernées

Depuis mis septembre, l’ONF, Office National des Forêts a lancé une opération de coupe sur deux zones d’un hectare environ chacune. Durant l’hiver, une campagne de plantation sera lancée avec l’appui du Plan de Relance de l’Etat dédié au renouvellement forestier, afin de régénérer ces deux zones. Les deux zones « Parcours de santé » et « Redon » sont longées ou traversées par les parcours de randonnées qui seront fermés environ une semaine durant les travaux forestiers pour des raisons évidentes de sécurité.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé