Accueil » Culture » Festival du court-métrage : le cinéma sans la fête
Une image du festival que l'on ne verra pas en 2021- photo Baptiste Chanat.
Culture

Festival du court-métrage : le cinéma sans la fête

En dépit de la situation, le Festival du Court-métrage se déroulera à partir de vendredi et jusqu'au 6 février. Mais ce sera un festival sans public, à visionner en ligne.

Puisque le mot festival vient du latin festivus qui indiquait ce qui est joyeux, alors la 43 e édition du Festival du court-métrage de Clermont aura, hélas, un goût particulier. La notion de fête y sera absente et l’on ne se retrouvera pas à l’entrée d’une séance, encore mois dans un bistrot du quartier des Salins, un verre à la main. Ça, c’était avant et, on l’espère aussi, pour plus tard. Alors que la France s’apprête peut-être à glisser dans un nouveau confinement, le festival 2021 va se dérouler, du 29 janvier au 6 février, entièrement en ligne. Le contenu cinématographique demeurera mais pour les festivités, il faudra attendre un autre hiver…

220 films disponibles

Ces files d’attente que l’on espère retrouver en 2022- photo : Juan Alonso.

Ce n’est évidemment pas de gaieté de cœur que l’équipe de Sauve Qui Peut le Court Métrage a du se résoudre à présenter une édition uniquement virtuelle. Depuis plusieurs mois, elle planchait sur un format hybride, un mixte de cinéma en salles et de diffusion en ligne. Mais la situation de ce début d’année a obligé à revoir les plans. “ Au moins étions-nous prêts et la bonne nouvelle c’est que, pour la première fois, les aficionados du court-métrage comme de les nouveaux convertis vont pouvoir assister ensemble aux séances du festival, avec ou sans masque, et découvrir des films en compétition choisis avec passion parmi près de 8300 propositions et d’autres programmes tout aussi prometteurs” expliquent les organisateurs.

Il n’y aura pas de fête, pas de retombées financières pour les commerçants, mais du cinéma tout de même sur le web. Quelques 212 court-métrages, venus du monde entier, seront ainsi accessibles dont 153 appartiennent à la sélection officielle. Pour participer- de chez soi- à ce festival, le “public” devra acheter un pass unique d’un coût de 12€. Celui-ci donnera accès à l’ensemble des films (chacun d’entre eux ne pourra être visionné qu’une seule fois) et des 44 programmes, du 29 janvier au 6 février. Il permettra aussi de retrouver les films primés, à l’issue de la compétition, jusqu’au 13 février.

Compétitions et cérémonies

Les cérémonie d’ouverture et de clôture, qui se tiendront à huis clos, seront retransmises en ligne tout à la fois sur le site et la page Facebook du festival. Le marché international du court-métrage a, lui aussi, été maintenu mais les échanges seront purement numériques. Enfin, la compétition 2021 bénéficiera bel et bien d’un jury, au sein duquel on retrouvera la chanteuse Jeanne Added, le producteur Bertrand Faivre ou encore la comédienne et réalisatrice Judith Henry. Au total, ce festival 2021 “offrira” quelques 64 heures de court-métrage aux cinéphiles. De quoi occuper meubler ses après-midis de confinement ou ses soirées de couvre-feu. Mais il manquera ce plaisir d’être ensemble que rien, jamais, ne remplacera.

Le pass uniquedu festival est disponible sur online.clermont-filmfest.org

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite