Accueil » Économie » Emploi des cadres : 2022 devrait rester sur une bonne dynamique
Embauche Photo S. Shimazaki - Pexels
Photo S. Shimazaki - Pexels
Économie

Emploi des cadres : 2022 devrait rester sur une bonne dynamique

L’Apec, Association pour l’emploi des cadres, a publié les résultats des recrutements en 2021 dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes. L'emploi a retrouvé le niveau d'avant crise et 2022 devrait suivre la tendance. La situation géopolitique impose néanmoins de parler au conditionnel.

L’Apec, Association pour l’emploi des cadres, vient de publier les résultats chiffrés d’une enquête menée sur les recrutements en 2021 dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a également donné les premières tendances 2022.  L’année 2021 enregistre une hausse de 11 % par rapport à 2020 avec 28 520 recrutements de cadres réalisés. Cela indique que le marché de l’emploi a pratiquement retrouvé son niveau d’avant crise puisuq’en 2019, 30 440 embauches avaient été réalisées. « Après le trou d’air de 2020, l’économie régionale a retrouvé de la vigueur » explique Eric Guillaumot, délégué régional Apec AURA. « Début 2022, la dynamique des recrutements dans la région était toujours très positive. Les répercussions économiques du conflit ukrainien pourraient toutefois venir rebattre les cartes et obérer la croissance économique hexagonale et régionale. Nos prévisions de recrutements de cadres en Auvergne-Rhône-Alpes pour 2022 restent donc prudentes : +6% par rapport à 2021 ».

Le département du Rhône siphonne la région

La création des grandes régions brouille un peu les pistes d’analyse. Cela se ressent particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes qui intègre la métropole lyonnaise forte de 59 communes, près de 1 million 500 000 habitants et accueille un grand nombre d’entreprises. Même si globalement la tendance du marché se montre favorable, le ressenti terrain n’est pas tout à fait à l’unisson. A lui seul le département du Rhône concentre 53% des offres d’emploi quand le Puy-de-Dôme affiche un petit 5%, les 3 autres départements auvergnats devant se contenter d’une portion congrue d’à peine 1% chacun. Au final l’Auvergne ne représente que 11% de recrutements soit environ 3030 postes.  La région Auvergne-Rhône-Alpes se situe au second rang des recrutements de cadres pour 2021, derrière l’Ile-de-France et devant Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse. Les 11% de hausse sont à comparer aux 18% enregistrés au niveau national.

65% pour les services, 18% pour l’industrie

En région AURA,  les « fondamentaux » de l’emploi cadre n’ont pas vraiment évolué : les secteurs des services et de l’industrie concentrent la plus grande part des embauches avec respectivement 65% et 18% des recrutements réalisés. Les fonctions commerciaux et informatiques / études-R&D restent celles qui ont été les plus recherchées par les entreprises assez loin devant le commerce et la construction. La moitié des embauches concerne les cadres ayant moins de 5 ans d’expérience (18% moins d’un an, 33%  de 1 à 5 ans), une tendance identique à la nationale. Cette « prime » à la jeunesse, qui, au final, est peu commentée pourrait être liée au niveau de salaires imposé par l’âge et l’expérience des cadres, d’autant les entreprises qui embauchent sont à 70% des PME, souvent moins à l’aise financièrement que les grandes entreprises sur le plan RH.

2022, une année incertaine

L’histoire récente à montré que les rouages de l’économies peuvent se gripper très facilement. La situation actuelle reste assez instable avec l’ombre du Covid qui plane toujours et surtout les différentes répercutions du conflit en Ukraine. Pour le premier trimestre de l’année, l’Apec annonce une très nette hausse de 23% du nombre de propositions d’emploi en Rhône-Alpes-Auvergne par rapport à l’année référence 2019, les 3/4 des offres étant dans les secteur des services. Cependant un fléchissement est actuellement observé, et le marché évoluera en fonction de la tournure des événements.

Les études de l’Apec sont disponibles gratuitement sur le site www.corporate.apec.fr

 

 

 

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite