Accueil » Edito » Notre-Dame-des-Landes ou le choc des mondes
Photo Valentin Uta.
Edito

Notre-Dame-des-Landes ou le choc des mondes

Aéroport contre espace "naturel". Avions contre espèces sensibles et fragiles: on peut considérer l’interminable dossier de Notre-Dame-des-Landes de multiples façons, sous des angles différents et en tirer les enseignements selon sa propre sensibilité.…

Des décennies de divergences, de différends, d’interrogations, d’affirmations, d’études et de confrontations pour parvenir à une décision qui, bien entendu , aurait pu intervenir beaucoup plus tôt. Des rapports, des contre-rapports, des  procédures administratives, des milliers et des milliers de pages de dossiers, de recours en reports et de commissions en tribunaux, l’arsenal juridique, administratif et procédurier y est passé tout au long de ces longues années. Que de temps perdu et d’énergies gaspillées. Le paroxysme fut peut-être atteint avec une concertation publique inutile, dont le périmètre était discutable et dont les résultats n’avaient pas force de loi. Mais, promis, craché, « si je mens, j’irai en enfer », l’Etat en respecterait les résultats.

Un bataillon d’irréductibles Gaulois

On peut aussi regarder Notre-Dame-des-Landes au travers de sa Zad, un modèle d’organisation sociale et économique alternatif ou bien un grand bazar composé à la fois de gros bras et de fleurs bleues, faisant fi des réglementations et des lois.  Voir les Zadistes, comme un bataillon d’irréductibles Gaulois  ou de résistants utopistes et crasseux. Ou bien simplement comme des individus responsables, ayant décidé de prendre leur destin en mains, coûte que coûte, envers et contre tout.

Peau de chagrin

On peut encore déplorer les tergiversations, les atermoiements, les hésitations, les retards, les promesses, les longs et vains discours, le manque de courage ou de concertation réelle . Et au nom du sacro-saint développement économique- qui justifierait tout- regretter ce fameux aéroport, susceptible de faire décoller le grand ouest. Mais vers quel horizon ? Une toute autre appréciation est qu’il faut en finir pour de bon avec l’immense gâchis environnemental, arrêter de détruire, de déforester, de souiller et de raser pour de soit disant bonnes causes. Et de prétexter que l’emploi peut justifier les pires sévices et entraîner des séquelles irrémédiables sur un environnement déjà réduit  à une peau de chagrin par la pression démographique et la logique de transports lourds et traumatisants.

La clef sous la porte

Si des villes moyennes  réclament de disposer non pas d’un mais de deux aéroports, alors  la nature n’a plus qu’à mettre définitivement la clef sous la porte. Le feuilleton de Notre-Dame-des-Landes, avec ses maladresses, ses acteurs pas toujours très fréquentables, ses épisodes édifiants, ses barricades et ses CRS, est révélateur et significatif de deux visions. Quel monde veut-on pour demain ? Celui du tout béton et d’une mobilité effrénée ou bien une planète où le vol des avions ne coupent pas définitivement les ailes des oiseaux….

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite