Accueil » Vie publique » Rue sous-les-vignes, les cyclistes et automobilistes partagent l’espace public
Vélo sur piste, rue sous-les-vignes / Photo 7 Jours à Clermont
Photo 7 Jours à Clermont
Vie publique

Rue sous-les-vignes, les cyclistes et automobilistes partagent l’espace public

Clermont poursuit le développement de C.Réseau pour favoriser les mobilités douces. La piste cyclable aménagée au printemps, au nord de la place du 1er Mai est l'illustration d'un meilleur partage de l'espace entre cyclistes et automobilistes.

Avec le déploiement de C.Réseau, Clermont avance le plus vite possible pour rattraper son retard en matière d’aménagements cyclistes dans le cadre du schéma directeur métropolitain et en parallèle des divers réaménagements nécessaires pour InspiRe. Désormais une continuité cyclable existe entre la place des Carmes et la rue du Torpilleur- Sirocco dans les quartiers nord. Sur un itinéraire de 2,5 km, un tronçon a été créée depuis Polydome sur la rue Fernand-Forest, direction rue Sous-les-Vignes et avenue Fernand-Forest. Cette piste bi-directionnelle constitue une portion de l’axe structurant nord-sud de 8 kilomètres reliant à terme la zone de Ladoux-Cébazat à la Place de Jaude pour lequel, il reste 1,5 km à réaliser d’ici deux ans.

Un aménagement préfigurateur

Cette portion de piste a suscité de nombreuses critiques, et en suscite encore, pour son aspect « assez moche ». Pour rendre une partie de l’espace aux vélos, la chaussée a été partagée en deux, à grand renfort de balises blanches, comme le fut la « corona piste » des boulevards sud après le confinement. Il faut comprendre que l’aménagement n’est pas définitif. « C’est ce que l’on appelle un aménagement préfigurateur » explique Jérôme Favier, chargé de mission schéma directeur cyclable pour la métropole clermontoise. « Ces balises ont pu être posées assez rapidement, c’était une des priorités, de manière à pouvoir lancer un test. La vocation des équipement est de pouvoir être reposées ailleurs ultérieurement. C’est l’avantage de la réversibilité et des équipements amovibles. Le coût financier est également bien moindre puisqu’on est sur un rapport de 1 sur 4 entre le coût de l’aménagement tel qu’il est aujourd’hui, par rapport à une version pérenne ». Le total de l’opération se monte à 594 000 euros TTC, comprenant l’ensemble du matériel, c’est à dire 2 quais de bus modulaires, les balises (une partie fabriquée en France, l’autre partie en matériaux recyclés en Espagne) et la signalétique. Dans l’avenir cette piste est donc amenée à changer de visage et il sera alors temps de parler esthétique. En la matière, concilier les impératifs techniques, les coûts, les normes imposées et la végétalisation n’est pas chose facile.

Quai de bus et piste cyclable rue sous-les-vignes
Quai de bus démontable et piste cyclable, rue sous-les-vignes / Photo 7 Jours à Clermont

Jusqu’à 2 000 cyclistes par semaine

Même si elle est moche, les cyclistes considèrent cette piste comme étant ce qui se fait de mieux pour rouler à vélo en toute sécurité. Il suffit de l’emprunter une fois pour en être persuadé et comparer son usage avec d’autres formes de pistes ou de bandes de roulage. En juin dernier une campagne de comptage a été effectué, révélant jusqu’à 2 000 usagers par semaine, soit environ 250 utilisateurs quotidiens les jours de semaine et un peu moins pour les weekends. L’itinéraire était déjà utilisé avant, via la rue des Planchettes, par environ 600 cyclistes hebdomadaires. Les deux pistes sont donc complémentaires mais la nouvelle offre un itinéraire plus direct et plus court.
30 à 40 cyclistes empruntent cette nouvelle piste chaque heure, un chiffre qui grimpe aux heures de pointes, prouvant que le vélo est utilisé dans cette zone pour des déplacements pendulaires entre le nord et le sud ou inversement. Cela n’a d’ailleurs rien de surprenant au regard du nombre de personnes travaillant autour de la place du 1er Mai. « Plus de vélo c’est moins de voitures sur la chaussée. L’idée est d’avoir une cohabitation entre tous les usagers, le vélo étant complémentaire de l’ensemble des moyens de locomotion » conclut Jérôme Favier.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Monsieur,
    J’espère qu’il faut prendre cela au deuxième degré. J’ai fait 12 km en vélo dans Clermont intra muros.
    Déjà, je n’ai pas compris comment traverser la Place de Jaude depuis Gaillard.
    Quant à vos « pistes cyclables », c’est ni fait ni à faire (vous-même l’avouez à demi-mots).
    Sérieusement, je vous invite (ou n’importe quel élu de la Mairie)
    à pédaler avec moi dans notre ville pour un cyclo-cross suicidaire.
    Je suis disponible tous les jours, et près à m’engager dans l’Epreuve Reine du 17 h (sortie des bureaux).
    J’ai fait du vélo 14 ans à Paris (où les pistes cyclables se comptent sur les doigts d’un pouce),
    j’ai traversé les plus grandes place (République, Bastille, Nation, Etoile…) sans problème, sans peur ni soucis.
    Etonnant, non ?
    Cordialement

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé