Accueil » Sports » Critérium du Dauphiné : le tour d’Issoire…
Le Critérium du Dauphiné : déjà une ambiance de Tour- photo Alex Broadway / ASO.
Actualités Sports

Critérium du Dauphiné : le tour d’Issoire…

Un an après Clermont, Issoire accueillera dimanche le "grand départ" du Critérium du Dauphiné. La course, qui se terminera aux Gets, le 6 juin, servira de préparation au prochain Tour de France.

Avec la fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes, le Critérium du Dauphiné a étendu son terrain de jeu. Essentiellement concentré jadis dans le massif des Alpes ou le sillon rhodanien, il profite désormais pleinement des routes auvergnates. Ainsi, après Clermont en 2020, c’est Issoire qui accueillera le « grand » départ de la course, dimanche 30 mai pour une première étape entièrement puydomoise. Une étape qui, après avoir traversé Sauxillanges et Brassac-les-Mines, rejoindra un circuit autour d’Issoire sur un profil accidenté, hérissé au total de sept côtes.

Issoire confirme ainsi sa relation avec le sport cycliste qui ne date pas d’hier. En 1983, la ville accueillait ainsi l’arrivée de l’étape du Tour de France, en provenance d’Aurillac (victoire de Pierre Le Bigault) et un départ, le lendemain vers Saint-Etienne. En 2005 et 2011, elle fut encore le théâtre du départ d’étapes de La Grande Boucle, une course qu’elle rêve de retrouver dans les prochaines années.

Du Puy-de-Dôme jusqu’aux sommets alpins

Au lendemain de cette première journée issoirienne, le peloton du Critérium du Dauphiné sera en Haute-Loire, entre Brioude et Saugues sur un tracé musclé, comprenant notamment l’escalade du col de Peyra Taillade, découvert par le Tour de France en 2017. Une difficulté conséquente (8,3km à 7,4% de moyenne), comprenant un kilomètre à plus de 14% de dénivelé. C’est toutefois lors d’un dernier week-end sans concession, dans les Alpes, que l’épreuve devrait se jouer. Les cols du Pré, de La Colombière, de Joux-Plane ou encore la montée vers La Plagne figurent au programme pour un feu d’artifice final. L’an passé, Primoz Roglic avait prouvé sa supériorité avant de perdre Le Dauphiné sur une chute. Dans le même temps, Tadej Pogacar peaufinait sa condition.

Pogacar contre les Ineos

Statistiquement, Le Dauphiné constitue en effet le meilleur tremplin  pour briller en juillet sur les routes du Tour. Une partie des prétendants à la grande épreuve de juillet se trouvera donc sur la ligne de départ d’Issoire. Il s’agira pour ces cadors de se livrer à un test grandeur nature à moins d’un mois de l’échéance. Gerraint Thomas, Richard Carapaz, les deux coureurs d’une formation Ineos redoutablement armée, Miguel Angel Lopez, David Gaudu, Nairo Quintana ou encore Guillaume Martin, Wilco Kelderman, Steven Kruijswijk et Ion Izagirre vont donc en découdre sur les routes d’Auvergne et de Rhône-Alpes. Ce ne sera pas le cas des deux premiers de la Grande Boucle 2021. Tadej Pogacar a, en effet, choisi de privilégier le Tour de Slovénie, son pays natal, disputé du 9 au 13 juin, sur un parcours moins exigeant. Quant à son compatriote Primoz Roglic, absent des pelotons depuis Liège-Bastogne-Liège, il préfère effectuer son retour en compétition directement sur le Tour de France. Tous les chemins, plus ou moins escarpés, mènent vers Brest où sera donné, le 26 juin, le départ du Tour.

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite