Accueil » Culture » Corps accords à la Galerie Gabriel
Nues (c) Fresca
(c) Fresca
Culture

Corps accords à la Galerie Gabriel

Les expositions se suivent mais ne se ressemblent pas à la Galerie Gabriel. Cette semaine "Le corps des amants" est le thème que les deux plasticiens Frisca et Christophe Desrayaud ont choisi de traiter conjointement.

Deux artistes partagent cette semaines les cimaises de la Galerie Gabriel. Frisca et Christophe Desrayaud se sont entendus pour couper l’espace en deux parts égales et livrer aux visiteurs leurs représentations des ébats amoureux. Quand Frisca évoque la douceur et l’entente lascive par un travail graphique fait de rondeurs et de courbes qui épousent la forme des corps, Christophe Desrayaud brutalise d’avantage le regard par une gestuelle nerveuse et une ambiance nettement plus crue. Avec cette exposition, le mot partage prend tout son sens et si le propos des deux plasticiens reste commun, les chemins artistiques empruntés divergent, sans nul doute guidés par des parts masculines et féminines naturellement réparties.

Qui sont-ils ?

Fresca est d’origine italienne, diplômée de l’école de restauration de Florence. Installée en Auvergne, elle s’est écartée de la restauration et de la copie pour se consacrer à un travail plus personnel sur différents supports, toiles, bois, murs… elle travaille également à la création de modèles réalisés en marqueterie de pierre dure, dans la lignée de la tradition Florentine.
Démarche opposée pour Christophe Desrayaud qui le dit lui même « je ne peins pas pour séduire mais pour plaire…ou pas ». Dans un style mixant fauvisme et expressionnisme, il laisse de côté la précision anatomique pour adopter une démarche plus onirique. Lorsqu’il ne s’attaque pas au corps, il puise son inspiration dans la mer, un milieu qu’il connaît bien puisqu’il est également instructeur de plongée.

Couple (c) C. Desrayaud
C. Desrayaud

Comme d’habitude avec la Galerie Gabriel, le temps d’exposition reste bref, les œuvres de Frisca et Christophe Desrayaud ne sont visibles que jusqu’au samedi 3 décembre 18h00,  au 11 de la rue Philippe Marcombes à Clermont

 

 

À propos de l'auteur

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé