Accueil » Edito » Charade en miniatures… et au passé
Photo Valentin Uta.
Edito

Charade en miniatures… et au passé

A l'heure où la France retrouve un Grand-Prix de Formule 1, le week-end prochain au Castellet, Charade se souvient...

On appelle cela un diorama. Celui-ci reproduit, en version miniature, au 1/43ème ,  la grille de départ du Grand-Prix de France 1970. En ce mois de  juillet, le sinueux circuit de Charade accueillait son troisième Grand-Prix de Formule 1, après ceux de 1965 et de 1969. Lors des essais, Jacky Ickx, le jeune Belge (24 ans) avait confirmé sa virtuosité en avalant les 8,055 km de la piste, et ses 51 virages, en 2’58’’2 au volant de sa Ferrari 312B. Il partageait la première ligne avec Jean-Pierre Beltoise, le pilote de la Matra. Les deux hommes, particulièrement à l’aise sur le tracé clermontois, étaient dès lors prêts à reprendre un duel entamé douze mois auparavant dans les lacets de Gravenoire, à Champeau, au tertre de Thèdes ou dans le virage Louis-Rosier. Dans leur sillage, une pléiade d’as, Jackie Stewart, Jack Brabham, Jochen Rindt ou encore Denny Hulme, Ronnie Peterson , Graham Hill, Jack Brabham, Bruce Mac Laren et Dan Gurney. Cette génération de talents dont sir Jackie Stewart dit qu’elle est la plus relevée de l’histoire de la Formule 1.

La suite de l’histoire

Placée sous une vitrine, la reproduction fidèle et spectaculaire, réalisée par Jean Damon, est toujours visible dans les locaux de l’Automobile Club d’Auvergne au Brézet. Elle est un sujet d’attention, sinon d’interrogation, pour ceux qui y passent… La scène miniaturisée dit évidemment assez peu de l’ambiance fiévreuse qui régnait dans les stands, ni de la passion d’un public fervent massé tout au long du circuit en ce jour de 1970.  Pas plus qu’elle ne raconte la suite de l’histoire : la vaine échappée d’Ickx, rattrapé par la fragilité endémique de sa Ferrari, la crevaison puis l’abandon de Beltoise et la victoire un peu heureuse de Rindt au volant de sa Lotus 72, imaginée par Colin Chapman et l’ingénieur Maurice Philippe et arborant les couleurs du cigarettier Gold Leaf, deux mois avant la sortie de piste mortelle du pilote autrichien dans la Parabolica à Monza.

Age d’or

Elle en dit encore moins du lent déclin de Charade qui accueillerait de nouveau un Grand-Prix de Formule 1 (1972) et deux Grand-Prix moto (1972 et 1974), avec des héros comme Chris Amon, Jarno Saarinen ou Phil Read, avant de sortir définitivement  de l’actualité mondiale pour ne plus concerner que la chronique locale. L’âge d’or s’en était allé, irrémédiablement…

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite