Accueil » Sports » ASM Romagnat : «Se développer et exister au plus haut niveau»
ASM-Romagnat, l'équipe / Photo ASM-Romagnat
Photo ASM-Romagnat
Sports

ASM Romagnat : «Se développer et exister au plus haut niveau»

Même si la défaite à domicile contre Blagnac est encore dans toutes les têtes et prendra du temps à cicatriser, staff, dirigeants et joueuses se tournent vers la saison prochaine que tout le monde sait importante pour la structuration du club sur le long terme.

Sur le terrain, la semaine passée, plus d’une trentaine de joueuses de l’ASM-Romagnat se livrent à du rugby touché et autres ateliers ludiques dans la bonne humeur générale. Pourtant le match perdu contre Blagnac lors de cette demi finale est bien présent car la déception est immense. « Le fait d’être passé à côté à la maison les affectent même si elles n’en parlent pas trop », livrent les entraîneurs, Vincent Fargeas et Fabrice Ribeyrolles. « Les statistiques montrent que nous avons beaucoup subi (15 pénalités contre nous, des ballons perdus en touche) et que nous n’avons pas été en capacité de construire notre rugby face à cet adversaire de qualité », précise Fabrice Ribeyrolles. « Nous n’avons pas pu reproduire le contenu de nos derniers matchs et il y a donc pas mal de frustration et de regrets », continue-t-il.

Apprendre de cette saison

Cependant avec ce groupe jeune et renouvelé, il y a des motifs de satisfaction. « Personne ne voyait l’ASM-Romagnat dans le dernier carré, mais nous avons beaucoup travaillé pour inverser la tendance », souligne Vincent Fargeas, fier des qualités morales des filles qui ont participé à cette aventure. « Il a fallu rééquilibrer la place de chacune dans le groupe pour nous permettre d’avancer plus sereinement et donner du sens à notre jeu », poursuit-il. La qualification probante à Montpellier en quart de finale, a montré que cette somme de travail avait payé et s’inscrit comme un gage de sécurité pour l’avenir.

Un virage important pour l’ASM-Romagnat

L’année qui s’annonce doit s’ancrer dans une structuration forte du club au sein d’un rugby féminin en pleine mutation. Fort de la labellisation de son centre d’entraînement et de la belle tenue de  l’équipe cadettes sous l’égide de Benjamin Touati, Élise Pignot et Amélie Roux, le club présidé par Marie-Françoise Magignot, sait qu’il doit aussi compter sur toutes les forces vives du territoire pour exister au plus haut niveau. « Le club a des valeurs familiales importantes en adéquation avec son double projet d’accompagnement, mais qui doit faire face aussi à la rude concurrence des autres clubs », déclare la présidente. « Il y a un très gros virage qui concerne le rugby féminin et son développement, il est donc important de ne pas le louper et de continuer à se construire en bonne intelligence », constate, lucide Marie-Françoise Magignot, qui rappelle l’importance de l’ASM-Romagnat rugby féminin sur le territoire et en dehors et du travail réalisé depuis des années, dont sa joueuse emblématique Jessy Trémoulière a porté haut les couleurs en sélection nationale. « Nous avons montré ce que nous étions en capacité de réaliser sportivement et humainement avec nos propres moyens, mais nous devons nous mettre au niveau des offres de clubs comme Bordeaux, Toulouse, etc… et du cahier des charges de la Fédération Française», relate-t-elle.

Être dans le bon wagon

« Il est nécessaire de renforcer notre partenariat avec l’ASM Clermont Auvergne » reprend par Fabrice Ribeyrolles « à l’exemple des clubs comme La Rochelle, Grenoble ou Montpellier ; nous avons besoin d’être accompagnés par une structure professionnelle qui nous fera grandir, sans perdre les valeurs qui nous habitent et qui font l’identité de ce club ». « Il faut absolument que l’on soit dans le bon wagon sous peine d’avoir des difficultés à combler le retard si on ne fait rien maintenant », prévient le coach. « Nous allons aussi nous mettre à la recherche de partenaires de notre territoire désireux de s’engager dans le rugby féminin afin de valoriser au mieux notre accompagnent sportif et social auprès des filles », avance Marie-Françoise Magignot. « Notre titre de championnes de France 2021 et nos places en demi-finales, ces deux dernières saisons, témoignent de la qualité du travail effectué ici », appuie encore la présidente, bien décidée à faire avancer ce club qui sait fédérer autour de lui, comme nous l’avons si bien observé samedi 3 juin lors des demi-finales d’Élite 1.

Un effectif stable et enrichi

La tête tournée vers la prochaine saison, Vincent Fargeas livre le contour de la future équipe qui évoluera l’année prochaine dans un championnat où 3 descentes sont actées. « Notre groupe est jeune et ne demande qu’à gagner en expérience avec l’arrivée d’un nouveau préparateur physique, Simon Thomas, en provenance du club de pro D2 Stade Aurillacois Cantal Auvergne et qui s’investira au niveau de tout le club », présente le coach des avants. Une formation renforcée par l’expérimentée pilier Toka Natua, championne du monde avec les Black Ferns et compagne de Pita-Gus Sowakula, recrue phare de l’ASM Clermont Auvergne. « Nous avons des contacts avancés avec d’autres joueuses, notamment au niveau du pack mais aussi des lignes arrières, mais nous ne pouvons rien annoncer encore pour le moment sauf le retour acté de notre ancienne capitaine Léa Gabriagues , », explique Vincent Fargeas qui informe que le recrutement est aussi ciblé sur l’équipe réserve. Un effectif qui se verra également nourri de l’arrivée de plusieurs cadettes et qui sera encadré par deux coachs et peut-être d’un étudiant préparateur physique, mais tout cela est à finaliser. Sans oublier les 21 dossiers recueillis de jeunes joueuses au sein du centre d’entraînement labellisé et qui mettent en avant tout le travail de ce club dont la formation est le véritable ADN. « L’ASM-Romagnat véhicule de bien belles valeurs d’entraide, de solidarité, où chacune d’entre nous travaille fort et prend plaisir à s’épanouir sportivement et humainement », relate Ophélie Gincourt, capitaine exemplaire de cette équipe et qui est sortie sur blessure de ce match contre Blagnac. « Nous avons ici une force collective importante au sein d’un groupe qui vit bien sur et en dehors du terrain et qui a su réagir positivement dans les moments d’adversité », conclut cette jeune joueuse qui n’oublie pas de remercier toutes les personnes qui œuvrent au bon fonctionnement de ce club attrayant.

À propos de l'auteur

Philippe Thivat

Philippe Thivat, est correspondant d’un hebdomadaire dans l’Allier et intervenant auprès de l’ASM Romagnat rugby féminin en tant que rédacteur journaliste sportif. Il est également engagé dans le rugby citoyen qui œuvre grâce à ce sport à l’intégration des personnes handicapées et de personnes migrantes.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite