Accueil » Vendredi » Anaïs Werestchack : On peut être Miss tout en étudiant la médecine
Anaïs Werestchack / Photo : 7 jours à clermont
Photo : 7 jours à clermont
Événement Rencontre Vendredi

Anaïs Werestchack : On peut être Miss tout en étudiant la médecine

Élue Miss Puy-de-Dôme, la première de l’histoire, en juin dernier, Anaïs Werestchack va disputer, ce vendredi, le concours de Miss Auvergne au Puy-en-Velay. L’écharpe régionale lui donnerait encore plus de visibilité pour porter son message sur la prévention de la santé.

Le 5 juin dernier la clermontoise Anaïs Werestchack est devenue Miss Puy-de-Dôme, la première de l’histoire puisque le concours était, jusqu’alors, organisé au niveau régional. En fin de semaine elle va se retrouver sur les planches du Théâtre du Puy-en-Velay pour l’élection de Miss Auvergne, un concours auquel participeront 16 candidates au total, les Miss des 4 départements auvergnats mais aussi leurs trois Dauphines respectives.

Médecin avant tout

La vie d’Anaïs Werestchack ne tourne qu’autour de la médecine depuis déjà 7 ans. Native de Clermont, la jeune femme de 24 ans a toujours voulu devenir docteur en médecine. Elle a suivi la traditionnelle formation de 7 années à la Faculté de médecine de Clermont avant de choisir l’université de Montpellier pour terminer ses études. Actuellement interne dans un cabinet à Béziers, elle était auparavant urgentiste au centre Hospitalier de Millau. “J’avais envie de découvrir une autre région, mais je compte bien m’installer durablement à Clermont après avoir rédigé ma thèse, sans doute, sur la question de la prévention en médecine”. Alors comment la jeune femme s’est-elle retrouvée dans un concours de miss ? Par le biais de Facebook tout simplement. “En 2015, j’ai reçu un message d’une ancienne miss Auvergne me disant que j’avais le profil pour participer : être célibataire et sans enfant, mesurer plus d’un mètre 70 et avoir moins de 24 ans. Je ne connaissais cet univers qu’ à travers l’élection nationale que je regardais à la TV en famille mais  j’ai finalement considéré ce concours comme une parenthèse dans ma vie qui depuis 7 ans, ne tourne qu’autour de la médecine”. Anaïs garde la tête froide et souhaite utiliser son statut pour faire passer l’idée qu’une bonne médecine est une médecine qui place la prévention au centre de son action. Si je gagne le titre de Miss Auvergne, j’aurai encore plus de visibilité pour faire passer ce message. Si je n’obtiens pas le titre régional, je garde le départemental jusqu’à l’été 2022. ”

Les gens ne pensent pas que l’on puisse être miss et étudiante en médecine

Depuis le départ de Madame de Fontenay du comité d’organisation, les choses ont bien changé. “On ne juge plus les filles sur le seul aspect physique. La prise de parole et le discours véhiculé sont tout aussi importants. Miss France est devenu un concours de personnalité. Les jurys sont désormais sensibles aux récits et aux histoires. Récemment à l’issue d’une manifestation j’ai dialogué avec une dame qui m’a avoué que mon intervention avait changé sa vision sur les Miss. Dans l’assemblée les gens ne pensaient pas que l’on puisse être à la fois Miss Puy-de-Dôme et étudiante en 8ème année de médecine”. Cette semaine Anaïs Werestchack a laissé son anonyme blouse blanche et son masque au vestiaire pour se préparer au rendez-vous de vendredi. Si la prise de parole en public ne lui pose aucun problème, l’épreuve du défilé en Stiletto, qui n’est pas vraiment le genre de chaussure que portent les médecins au quotidien, demande de l’entraînement. On peut suivre son cheminement sur son compte Instagram @anais_wtk mais aussi un témoignage sur sa vie professionnelle @journalduneinterne.
Le public peut aussi voter pour elle lors de la présélection par SMS au 7 14 15 / Auvergne 13 (0,75 cts par sms).

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite