Accueil » Événement » Vulcania à l’aube d’une nouvelle saison…
"Dans les yeux de Thomas Pesquet", film projeté sur un écran géant.
Économie Événement

Vulcania à l’aube d’une nouvelle saison…

Tandis que le parc a rouvert ses portes, le public peut déjà découvrir les spectaculaires nouveautés de la saison 2019. Où il est question, entre autre, de drones, de volcans et d'espace...

Même à 1000 mètres d’altitude, au beau milieu de la chaîne des puys, le printemps est arrivé. Le mois de mars, capricieux, avec ses derniers frimas, marque la réouverture de Vulcania. Depuis le 20 mars, en effet, le parc d’exploration des volcans et de la planète terre accueille ses premiers visiteurs 2019. Mais bien entendu, l’activité va aller crescendo au fur et à mesure des prochaines semaines, pour connaître un premier pic lors des vacances d’avril.

Volcano Drones.

Des vulcanologues et des drones

Dans un monde concurrentiel, aux rapides évolutions technologiques, un parc à thème se doit d’innover en permanence. « Chaque année, nous investissons entre 15 et 20% du chiffre d’affaire de la saison  pour lancer des nouveautés » rappelle Grégory Mouilleseaux, le directeur de Vulcania. Une enveloppe d’environ 1 million d’euros a ainsi été consacrée aux nouveautés 2019. Et elles se révèlent plutôt spectaculaires. A l’image de Volcano Drones, qui mêle film et spectacle et conjugue le caractère scientifique et la dimension ludique. On y croise un volcanologue d’aujourd’hui puis l’on y rencontre son successeur, en 2033, sur un fond de chorégraphies de drones…

Dans les yeux de Thomas Pesquet.

A 450 km d’altitude

Film d’une vingtaine de minutes, réalisé par Jurgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff, Dans les yeux de Thomas Pesquet se révèle à la fois une prouesse technique, une ode à l’espace et un hymne à la planète. Il raconte l’odyssée spatiale de l’astronaute français à bord du Soyuz MS-03, en compagnie de ses compères Peggy Whitson et Oleg Novitski. « Notre but était à la fois de revenir sur la mission spatiale, son caractère hautement scientifique mais aussi de transmettre des émotions humaines. La thématique de la beauté et de la fragilité de la planète est aussi au centre de ce document. Elle est portée par les images et le commentaire de Marion Cotillard » expliquent les réalisateurs.

Des travaux importants ont également été consacrés, durant l’hiver, à l’espace central de Vulcania, le cœur-même du parc, où transitent inévitablement les visiteurs  entre les différentes attractions. Désormais, décor et son plongeront le public dans une véritable atmosphère de volcan. Un effet imparable…

Cap sur 2030

La saison, tout juste débutée, verra une intensification des nocturnes estivales qui connaissent un gros succès. Dix (contre huit en 2018) auront lieu au mois de juillet et août. « 2019 et 2020 seront des années transitoires » assure Brice Hortefeux, le président de la SEM Volcans. « Nous allons en effet consentir à de gros investissements dans les années à venir avec la réalisation d’un ride, d’un planétarium et de lodges pour un total de 40 millions d’euros dont 10 millions provenant de la Région. Le dossier avance, nous sommes sur le point d’obtenir les autorisations administratives et les travaux devraient débuter en 2021. » L’objectif avoué est de passer des 317.000 visiteurs enregistrés en 2018 à 500.000 à l’horizon 2030. Une montée en puissance programmée sur une décennie qui témoigne de l’ambition de Vulcania, désormais situé sur un territoire classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite