Accueil » Culture » Trois documentaires à l’affiche, une fois n’est pas coutume…
L'Esprit Le Corbusier- copyright France Télévision/ Mona Lisa production/ R.P.R.E.S production.
Culture Mercredi

Trois documentaires à l’affiche, une fois n’est pas coutume…

Les films-documentaire ne sont pas nécessairement les plus courus dans les salles obscures. Pourtant trois d'entre eux vont tenter de séduire le public à partir du 24 avril.
Je vois rouge.

Réalisatrice bulgare aujourd’hui installée en France, Bojina Panayotova repart sur les traces de son enfance passée derrière le rideau de fer à l’occasion de Je vois rouge, un documentaire malicieux qui mêle comique et tragique, espionnage et démêlés familiaux. Au départ, une question: et si sa famille avait collaboré aux services secrets du régime communiste ? Caméra au poing, Bojina Panayotova embarque ses parents dans une quête effrénée qui menace de tourner à la catastrophe. Dans son obstination à trouver la vérité, elle se voit dépassée par ses propres méthodes qui ressemblent étrangement à celles du passé.

L’empreinte de Le Corbusier

De la Bulgarie à … Firminy. Gilles Coudert, lui aussi, repart sur les traces de ses jeunes années. C’est dans cette cité de la Loire qu’il a grandi au beau milieu du plus grand ensemble construit par l’architecte Le Corbusier en Europe. Dans L’Esprit Le Corbusier, le réalisateur évoque son expérience mais aussi celle de nombreux habitants du quartier. Et plusieurs créateurs contemporains témoignent de l’empreinte laissée par Charles-Edouard Jeanneret-Gris, alias Le Corbusier, l’un des inspirateurs du mouvement « moderne » de l’architecture. Le Suisse, naturalisé français, fut également urbaniste, décorateur, peintre et sculpteur. Le film de Gilles Coudert est « raconté » par Charles Berling.

Le yoga m’a sauvé

À 40 ans, Stéphane Haskell, est victime d’une maladie fulgurante . La médecine le condamne au handicap mais le yoga va lui ouvrir un chemin de guérison. Des couloirs de la mort aux USA, aux bidonvilles africains, il se lance alors dans un voyage autour du monde, à la rencontre de ceux qui ont renoué avec la vie grâce au yoga. C’est ce périple que raconte Debout, documentaire réalisé par Stéphane Haskell qui fut photo-journaliste à l’agence Sipa Press, avant de réaliser un premier long-métrage, Beware of Pity. 

L’adieu à la nuit.

Téchiné et Deneuve

Si les films documentaire se bousculent, pour une fois, sur les écrans (à condition toutefois que les diffuseurs jouent le jeu), le film d’André Téchiné, L’adieu à la nuit, constituera à coup-sûr l’une des sorties attendues de la semaine. D’autant que Catherine Deneuve en sera la tête d’affiche. L’histoire?  Une femme est folle de joie de revoir son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada. Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti.

Autre sortie de la semaine: Victor et Célia de Pierre Jolivet. Le long-métrage raconte les aventures de deux trentenaires qui tentent d’ouvrir un salon de coiffure. Les obstacles à surmonter ne vont pas manquer. Arthur Dupont, Alice Balaïdi et Bruno Bénabar sont les interprètes du film.

L’atmosphère de Fritz Lang   

A ne pas manquer la reprise du polar noir de Fritz Lang House by the river, réalisé en 1950, et que les Français n’ont pu découvrir que tardivement. Un jeune écrivain raté vit au dans une maison au bord d’une rivière. Un soir où son épouse est absente, il tente d’abuser de leur domestique et finit par l’étrangler. Simulant une fuite, il va jeter le corps dans la rivière. Le film, à l’atmosphère crépusculaire, ressort dans les salles. Il est superbe…

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite