Accueil » Actualités » Toujours aucune perspective pour les acteurs de la culture
Image Denis Pourcher.
Actualités Culture

Toujours aucune perspective pour les acteurs de la culture

Les musées et monuments pourraient rouvrir dans quelques jours ou semaines, selon la Ministre de la culture, Roselyne Bachelot. Mais pour le spectacle "vivant", il faudra encore attendre.

Ministre d’une culture à l’arrêt depuis plusieurs semaines, sinon plusieurs mois, Roselyne Bachelot, qui a délaissé Laurent Ruquier et les Grosses Têtes pour ce portefeuille, a indiqué que « les musées et les monuments seraient les premiers à rouvrir « quand nous aurons une décrue du nombre de contaminés ». Une bonne nouvelle, sans doute, pour  le public et les directeurs de ces établissements mais pas forcément un bon signe pour la culture vivante, en général, qui a priori n’est pas près de reprendre ses activités.

En souffrance

Salles de spectacle, cinémas, théâtres ont les portes fermées depuis le 30 octobre, après une courte éclaircie pendant l’été. Le confinement du printemps dernier avait déjà laissé des traces… Pour les lieux subventionnés, la problématique est déjà énorme. Les programmations ne peuvent s’improviser, les tournées sont annulées, les recettes manquent. Mais pour les lieux privés, il en va évidemment de leur survie. Même situation catastrophique pour les compagnies, les musiciens, les comédiens et l’ensemble des artistes, désœuvrés et sans la moindre perspective.

« On s’entasse dans le métro et les gares tandis que théâtres et cinémas sont fermés. C’est inique, écœurant et dégoûtant. Quel mépris pour les artistes et les créateurs », réagissait il y a quelques jours, Pascal Rogard, directeur général de la Société des auteurs et compositeurs. L’acteur Charles Berling, qui n’y va pas par le dos de la cuillère, estimait pour sa part : « On a l’impression que la haine des artistes est en cours. » Les restaurateurs et les bistrotiers pourraient en dire de même dont l’attente risque d’être plus longue encore.

“On tombe tous dans la sinistrose”

Tandis que le photographe Denis Pourcher a joliment imagé cette culture qui part en fumée, à Clermont comme ailleurs (voir notre photo), certains médecins, au cœur du sujet, estiment qu’il est grand temps de « vivre avec et malgré le coronavirus » et de relancer certains lieux de partage, en particulier culturels et sportifs. “Je pense qu’il faut vraiment rouvrir tout ça parce qu’on tombe tous dans la sinistrose, on se transforme en zombies, sans culture, sans loisirs autres que ceux qu’on a chez soi, sans sport » a ainsi estimé l’infectiologue Eric Caumes, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière, au micro de BFM-TV. Pour l’heure, son plaidoyer n’a pas entendu par le gouvernement, évidemment préoccupé par la progression du variant anglais, ce nouvel intrus dans la crise sanitaire.

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

2 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Oui, en effet, les artistes et les créateurs sont “en attente”. Mais ils attendent qui? Godot? Bachelot? Le coma? la mort cérébrale? Le prochain décret de la maison Véran & Casteix?

Sponsorisé

Les infos dans votre boite