Accueil » Edito » Sacrifice et ripailles républicaines
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

Sacrifice et ripailles républicaines

Samedi dernier, le village de Besse s'est livré à sa traditionnelle Saint-Cochon. Entre boudin et andouilles, l'événement est très prisé de nos personnalités politiques locales qui, en l'occurrence, cultivent davantage le lard que la manière ...

Si la mort est une fatalité, il n’y a vraiment pas lieu de s’en réjouir, de la donner en spectacle ou alors notre civilisation ne vaut pas mieux que celles qui l’ont précédée et que notre temps se plaît à ironiser. On le sait, la convivialité et les rites sont indispensables au bon fonctionnement d’une société. Pour autant, cet indiscutable besoin de « vivre ensemble » doit il justifier la cruauté la plus élémentaire ? Est-il très  « humain » de se réjouir devant le cadavre d’un animal, d’applaudir et de gueuletonner juste après son sacrifice ? A moins de considérer définitivement qu’il est naturel, et donc acceptable, de brutaliser les plus faibles ou de s’indifférer devant leur douleur.

Le goût du sang

Besse, construit dès le XIIe siècle, est assurément l’un des beaux villages de l’Auvergne profonde. Avec ses ruelles, ses maisons médiévales, ses demeures en pierre de lave, ses échoppes et ses vieilles fontaines, il révèle un caractère à la fois rude, authentique et assez charmant. Un lieu tout indiqué pour une flânerie contemplative ou une escapade familiale, au pied du massif du Sancy. Le jardin clos du rempart, le beffroi, le château du Bailli ou encore l’église Saint-André et la Maison de la Reine Margot valent assurément le coup d’œil.

C’est dans ce village au riche patrimoine et à l’identité marquée que, samedi dernier, une foule joyeuse s’est réunie à l’occasion de la Saint-Cochon, en présence de quelques personnalités politiques qui ne manqueraient l’événement pour rien au monde. Le rendez-vous traditionnel est, en effet, un haut lieu de ripailles républicaines au milieu du sang et des boyaux. Les édiles de tout bord et de tout poil viennent y festoyer, bavasser et se montrer, en tenues décontractées.

Exemplarité

Pensez-donc, quel merveilleux spectacle que celui d’un être sensible qui vient tout juste d’être égorgé et dont l’assistance, ravie, célèbre la fin. Un peu comme jadis, on mettait au supplice et l’on exécutait les condamnés en place publique. Les foules, aussi, adoraient… Bien entendu, le sort de l’animal « élu » en la circonstance ne sera guère différent de celui de millions d’autres, mis à mort dans l’anonymat des abattoirs. Mais le fait de prendre plaisir à un tel spectacle constitue néanmoins une vraie différence. Certes, on ne peut porter toute la souffrance du monde. Mais de là à se réjouir devant l’agonie et la mort, c’est tout de même une autre histoire. Quant au personnel politique, on est en droit d’attendre meilleur exemple de sa part que de se livrer assidûment au culte de l’andouille.

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

4 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Ah merci pour votre commentaire sur les ripailles d’un autre âge. Je suis de toit coeur avec vous. Ils me dégoûtent ces politicaillons qui sont près à toutes les bassesses pour être réélus;
    Merci encore, et longue vie à 7 jours à Clermont.

  • merci beaucoup Monsieur Marc François pour cet article –
    Je sais que vous êtes sensible à ce qui touche à la cause animale et aux souffrances infligées aux animaux.

  • Je reconnais bien là la sensibilité de l’Humanimaliste… On pourrait proposer le remplacement de la “Saint Cochon” par la “Saint Ghosne”! Ca aurait l’avantage de nourrir plus de monde et satisfaire Lionel Gay au nom de la lutte des classes …

  • Merci pour votre article. Quelle honte pour les élus présents dans de telles manifestations. Sachons voter pour les personnes respectueuses du bien être animal lors des futures élections municipales pour leur montrer qu’il y a des limites à ne pas dépasser.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite