Accueil » Politique » Municipales : une métropole clermontoise globalement stable
La Muraille de Chine à Clermont.
Une vue de la métropole clermontoise. Les élections municipales n''auront pas apporté de bouleversement.
Actualités Politique

Municipales : une métropole clermontoise globalement stable

On a encore battu des records d'abstention ce week-end. Les maires de Clermont, de Chamalières, de Riom sont reconduits tandis qu'Aubière bascule à droite, sur le fil...

Tandis qu’une vague verte s’étendait sur la France (Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers, Besançon, Annecy basculent dans le camp écolo), les municipales ont été marquées par une certaine stabilité dans la métropole clermontoise où les tendances nationales ne sont pas toujours vérifiées. A Clermont, il est vrai que le maire sortant, Olivier Bianchi, avait eu le nez fin : il avait anticipé ce phénomène en établissant un accord avant le premier tour avec Europe Ecologie Les Verts.

Olivier Bianchi a légèrement consolidé son score de 2014 (48,41% contre 47,82% il y a six ans) tandis que son adversaire de droite Jean-Pierre Brenas a sévèrement reculé (36,50 contre 41,31). La stratégie d’alliance au second tour avec le candidat LREM Eric Faidy s’est révélée au mieux infructueuse, au pire  néfaste. De toutes façons, la messe semblait dite après le premier tour, il y a trois mois et demi. Enfin, Marianne Maximi, la candidate d’une gauche « sans concession » réalise un score de belle facture, en dépassant les 15% (15,08) et en progressant de près de 3 points par rapport au premier tour. Elle égale, à peu de chose près, le résultat « historique » établi par son mentor Alain Laffont en 2008 (15,34%). Reste un taux de participation qui a de quoi alarmer les responsables politiques. Avec 30,23% de votants, un taux record parmi les grandes villes françaises, on s’est encore moins déplacé dans les bureaux qu’au premier tour. La situation sanitaire du pays ne peut suffire à expliquer ce phénomène, ni même l’inscription de ce second tour trois mois et demi après le scrutin initial.

Riom au bout du suspense

Chahuté par son ancienne adjointe Julie Duvert au premier tour à Chamalières, Louis Giscard d’Estaing a finalement creusé l’écart au second tour, comme on pouvait s’y attendre. Près de neuf points le sépare de sa concurrente. Le maintien du candidat socialiste Thomas Merzi (11,9%) a sans doute profité au maire sortant. A Riom, tout s’est joué sur un fil. Et le divers droite Pierre Pécoul (50,59%) conserve son fauteuil au détriment de son adversaire de gauche, Charles Brault (49,41%). Il devra toutefois tenir compte du message adressé par les électeurs. A Pont-du-Château, le divers gauche Patrick Perrin (38%) a tremblé mais il est finalement élu face à la candidate de l’Union de la Gauche, Nathalie Cardona (37,8%), à l’issue d’un duel fratricide.

De nouveaux maires

Deux maires sortants perdent leur écharpe dans la métropole, à l’issue de ce deuxième tour : à Ceyrat, le « Macroniste » Laurent Masselot (37,9%) est largement battu par la divers droite Anne-Marie Picard (61,2%) dont la liste avait fusionné avec celle du divers gauche, Eric Egli…  Quant au Républicain Alain Dumeil (28,17%), il perd la mairie de Beaumont au profit de son ancien adjoint divers centre Jean-Paul Cuzin (41,37%) tandis que la liste gauche-écologique d’Hélène Veilhan (30,45%) arrive en second.

Aubière bascule à droite à l’issue d’un sprint au coude au coude lors de ce second tour. Sylvain Casildas (divers droite- sans étiquette) succède ainsi au communiste Christian Sinsard qui ne se représentait pas. Il a toutefois fallu la photo finish pour départager le nouvel élu (45,17%) de son adversaire de gauche Florent Guitton (44,77%). Un écart qui représente en tout et pour tout cinq voix…

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite