Accueil » Économie » Marché du film court: le volet économique du festival
Une présentation aux acheteurs lors du marché du Court- photo Baptiste Chanat..
Économie Mardi

Marché du film court: le volet économique du festival

Comme chaque année, durant le festival, 3500 professionnels venus du monde entier vont se presser au Marché du Film Court pour y faire leurs emplettes.

Il y a les habitués qui sont assidus à l’événement. Des distributeurs, des diffuseurs, des acheteurs de télévision, voire des producteurs. « Et, d’une année sur l’autre, on assiste à un roulement de professionnels, notamment des réalisateurs et des techniciens en fonction des films en compétition, ainsi que des organismes » explique Anne Parent, chargée de l’organisation du Marché du Film Court. « C’est le grand rendez-vous annuel du court métrage. Les professionnels viennent là pour trouver une équipe de travail, pour présenter un projet, pour chercher des coproductions, etc. Ça, c’est la partie développement de projet du Marché et il y a également la partie commerciale où les réalisateurs viennent vendre leur film aux acheteurs et prendre contact avec les distributeurs. »

Exposants et Vidéothèque

Le Marché du Film Court est identique aux marchés de long-métrage comme ceux de Berlin ou de Cannes. Cette spécificité en fait même le plus important marché de film court au monde. «L’espace exposants et les programmes Marché constituent le coeur de l’activité. Par ailleurs, une soixantaine de rencontres est organisée pendant la semaine. Des conférences, des panels et des sessions de rendez-vous en B2Bse déroulent. On a développé tout le côté Networking2. »

Pour l’édition 2019, le festival a reçu 9200 films parmi lesquels 2 % ont été sélectionnés. « C’est un peu pour cette raison que le Marché a été créé. Les sélections sont très difficiles. On retient peu de films au final. Mais beaucoup d’autres  méritent d’être vus. La Vidéothèque met à disposition des diffuseurs les 9200 films sur un serveur vidéo. Les professionnels y passent énormément de temps parce qu’ils ont leurs propres critères de sélection qui peuvent différer des nôtres. »  

Anne Parent.

Économie de Marché  

Après chaque édition, le Marché mène une étude — appelée Back Market — en adressant un questionnaire aux professionnels présents. L’édition 2018 a donné en terme de chiffres, un volume d’affaires de 600 000 €. « À prendre avec des pincettes dans la mesure où il est difficile d’avoir accès à ces chiffres. » Des contrats peuvent être signés ultérieurement après une rencontre à Clermont. Il y a dix ans, Anne Parent avait déjà mené une première étude qui avait conclu à un CA de 800 000 €. « C’est un peu en baisse. Tous les marchés sont impactés dans la mesure où il existe une réelle mutation par rapport à la télévision qui disparaît progressivement au profit des plateformes Internet comme Netflix et le modèle SVoD3. J’ai d’ailleurs mis en place une table ronde sur la SVoD cette année qui, je l’espère, va éclairer un peu les professionnels et montrer quels vont être les impacts de ce changement de modèle économique. Il sera forcément différent de celui qu’on connaît. Une chaîne de télévision entre dans la chaîne de production en préachetant à des tarifs assez élevés.»

L’arrivée de Netflix sur un Marché en pleine mutation     

Le marché du Court- photo Rémi Boissau.

Un petit événement va faire bruisser le Marché cette année, pour la première fois, Netflix USA sera présent. « C’est le premier festival européen auquel ils assistent. Ils viennent prospecter les talents pour produire leurs futurs longs-métrages. On est bien conscients que ces gens-là seront les diffuseurs de demain. On met tout en œuvre pour que Clermont devienne un rendez-vous incontournable pour eux. À nous aussi de faire évoluer la présence des diffuseurs, c’est compliqué avec les chaines de télévision qui viennent de moins en moins. C’est un micromarché. Beaucoup de plateformes se sont développées. Il est compliqué de connaître le modèle économique de chacun. Il en sortira quelque chose, mais c’est long. Le bouleversement a été amorcé il y a une dizaine d’années. Maintenant, il va probablement se structurer » précise Anne Parent. Dans ce long processus de mutation du secteur, le Marché du Film Court est plus que jamais le rendez-vous incontournable pour les professionnels, un pilier sur lequel s’appuyer pour rencontrer les bons interlocuteurs au bon moment. 

Marché du Film Court: la vidéothèque du samedi 2 au jeudi 7 février; les exposants: du lundi 4 au jeudi 7 février.

Le Marché du Film Court en chiffres :

3500 professionnels présents

50 stands

35 pays exposants

9200 films à la Vidéothèque

600 000 € de volume d’affaires (2018)

1 Business to business

2  Mise en relation pour constituer du réseau

3 Subscription Video on Demand (vidéo à la demande sur abonnement)

 

https://clermont-filmfest.org/

 

 

À propos de l'auteur

Patrick Foulhoux

Patrick Foulhoux

Journaliste et grand amateur de musique rock, Patrick Foulhoux a collaboré pendant de nombreuses années avec des magazines consacrés à la musique (Rollling Stone, Rock Sound, X-Rock...) et des titres de la presse de territoire. Sa passion pour le Rock l'a conduit à devenir directeur artistique de labels, tourneur, manager, organisateur de festival et écrivain.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite