Accueil » Culture » Julien Clerc: 50 ans après « La Cavalerie »
La photo du dernier album de Julien Clerc, "A nos amours"- photo D.R.
Culture Vendredi

Julien Clerc: 50 ans après “La Cavalerie”

Le 9 mai 1968, sortait le premier 45 tours de Julien Clerc. Un demi-siècle plus tard, l"éternel jeune homme" de la chanson française sera sur la scène du Zénith d'Auvergne, vendredi 30 novembre.

Rares sont les chanteurs qui peuvent s’enorgueillir d’occuper le haut de l’affiche depuis 50 ans. Cette traversée du temps, accompagnée d’un succès constant, Julien Clerc l’a effectuée. Un demi-siècle et combien de chansons depuis le tout premier 45 tours, La Cavalerie, sorti chez Pathé Marconi, en plein milieu du mois de mai 68, au beau milieu du chaos et des pavés. Le disque, alors, passe en boucle sur les radios dites périphériques, Europe 1, RTL ou Radio Monte Carlo… La suite, c’est la comédie musicale Hair, dont il assure, un temps, le premier rôle et qui le propulse un peu plus sur le devant de la scène.

L’empreinte de Roda Gil

Le tout premier 33 tours de J.Clerc.

A chacun ses chansons préférés dans le répertoire d’un chanteur populaire, dont les tubes restent associés à un été, un amour, une époque… Si on chantait, Ma préférence, Mélissa, Cœur de rocker, Femmes je vous aime sont, d’une certaine façon, passés à la postérité. Pour ma part, je leur préfère- et de très loin- La Californie, Ivanovitch, Souffrir par toi n’est pas souffrir, Les jours de joie, Ce n’est rien et le très raffiné Utile. Un titre né de la longue et intime complicité avec le parolier Etienne Roda-Gil dont l’empreinte a marqué de manière indélébile l’œuvre du chanteur.

La fleur de l’âge?

Cinquante ans de musique et de scène…Est-ce la meilleure façon de ne pas vieillir? La pochette de son dernier album A nos amours, inspirée du tableau La Méridienne de Vincent Van Gogh, le montre en tous cas primesautier et bucolique, dans la fleur de l’âge. Une illusion, peut-être? Pour sa part, le disque confirme plutôt la forme du désormais septuagénaire. Entièrement réalisé et arrangé par Calogero, il révèle des mélodies enlevées et ciselées. A défaut de Roda-Gil, compagnon disparu, le chanteur a fait appel à Marc Lavoine, Carla Bruni, Brigitte Fontaine, Maxime Leforestier (et d’autres) pour l’écriture des textes. L’interprète va maintenant se confronter à un autre exercice: celui de la scène. Sans trop d’inquiétude, vraisemblablement, puisque le public est acquis à sa cause.

Vendredi 30 novembre à 20h. au Zénith d’Auvergne.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite