Accueil » Rencontre » Jean-Pierre Siméon : un directeur clermontois chez Gallimard
Jean-Pierre Siméon / photo DR
Culture Rencontre

Jean-Pierre Siméon : un directeur clermontois chez Gallimard

Jean-Pierre Siméon est l'auteur d'un essai intitulé "La poésie sauvera le monde". Cet homme est-il provocateur, rêveur ou les deux ? Portrait de l’ex-directeur du Printemps des Poètes, nouvellement promu directeur de la prestigieuse collection Poésie/Gallimard.

Né à Paris mais naturalisé auvergnat très jeune, Jean-Pierre Siméon revendique haut et fort son “Auvergne attitude”. Si son emploi du temps se montre favorable, il n’aspire qu’à une chose, prendre le train pour Clermont afin de pouvoir se poser dans son appartement proche de la cathédrale, trier son courrier, retrouver ses proches et regarder les matches de l’ASM.
A 14 ans, son père l’emmenait voir les Jaunes et Bleus en découdre sur la pelouse du “vieux” stade Marcel Michelin. Sur les bancs en bois de l’unique tribune il lui fit prendre conscience que le rugby offre de la “poésie dans le mouvement”… et depuis la poésie a envahi son esprit et sa vie.

L’enjeu est magnifique

Agrégé de lettres moderne à l’Université Blaise Pascal, puis enseignant à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres, il s’intéresse au théâtre dans les années 90 et collabore durablement avec le Centre d’Art Dramatique National de Reims puis avec le TNP de Villeurbanne, il deviendra ensuite pendant 16 ans, directeur du Printemps des Poètes. Durant toutes ces années, il ne cesse d’écrire et publie une œuvre conséquente en poésie et littérature pour la jeunesse montrant une grande fidélité à la provinciale maison d’édition Cheyne.
A l’été 2017, Jean-Pierre Siméon, décide d’abandonner la direction du Printemps des Poètes et ses innombrables interventions, collaborations et réunions au Ministère de l’Éducation Nationale. Apprenant cela, Antoine Gallimard en personne lui propose de prendre la direction de la collection Poésie/Gallimard dirigée jusqu’alors par André Velter animateur de la première heure du… Printemps des Poètes.
Difficile de décliner une telle offre, même avec la volonté farouche de lever le pied. S’occuper de la destinée d’une collection de livres de poche présente dans toutes les librairies, “l’enjeu est magnifique” et permet de “continuer le combat” d’une façon plus littéraire, au sein de la seule grande maison d’édition qui n’a pas abandonné la poésie. Cette collection évolue au rythme relativement tranquille de 12 parutions par an, en complément de toutes les publications de poésie éditées dans la Collection Blanche, La Collection du Monde Entier et la Pléiade.

Le XXIème siècle sera poétique

Observateur quotidien d’un monde ultra connecté qui pousse les individus à vivre dans une sphère fondée sur l’illusion, Jean-Pierre Siméon reste persuadé que la poésie permettra de renouer avec la “vraie vie”. Son ouvrage La poésie sauvera le monde montre, avec ses 9 000 exemplaires vendus en France et à l’étranger, un net regain d’intérêt pour ce genre qui pose l’humain au centre de la réflexion, et indique une voie différente pour dire, mais aussi ressentir les choses, avec une certaine éthique. Finalement la “poésie ne parle que de la vie”.
Malgré l’espoir qu’elle peut apporter intellectuellement, la poésie est-elle compatible avec le marketing et l’économie ? Oui répond sans ambages Jean-Pierre Siméon qui connaît parfaitement bien la fameuse problématique de la rotation des stocks. La poésie étant un “produit durable” elle ne se travaille pas comme le roman et se vend même lorsqu’on n’en parle pas. Apollinaire par exemple, pilier de la collection poche, s’est vendu à 1 million 500 000 exemplaires en 50 ans. Tout l’enjeu de l’éditeur est donc de faire tomber les préjugés et d’accompagner les libraires indépendants dans la mise en avant de la poésie sans arrière pensées, partant du principe que la “faiblesse de la poésie, c’est sa force”.

Alors que se déroule actuellement la semaine de la Poésie, mettons en lumière un écrit de Jean Giono datant de 1935, il illustre parfaitement bien la pensée de Jean-Pierre Siméon : “Je ne suis pas l’ennemi de la technique. Je suis l’ennemi des formes modernes de l’emploi de la technique (…) Je dis seulement qu’il y a quelque chose de plus que tout ça et de plus beau : c’est un homme”.

Actualité littéraire de Jean-Pierre Siméon :

A paraître le 8 mars 2018 :
Les yeux ouverts – Propos sur le temps présent / Le Passeur éditeur

Novembre 2017 :
Lettre à la femme aimée au sujet de la mort / nrf – Poésie/Gallimard

Mars 2017
La poésie sauvera le monde / Le Passeur éditeur

2017
politique de la beauté / Cheyne-Éditeur

 

A écouter en podcast sur France Culture 

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite