Accueil » Sports » Cette fois, les ballons sont vraiment dégonflés
L'ASM à l'attaque. Ça n'est pas pour demain... Photo Valentin Uta.
Sports

Cette fois, les ballons sont vraiment dégonflés

Football et rugby français sont à l'arrêt pour plusieurs mois. Tandis que le Clermont Foot voit ruiner ses possibilités d'accéder à la Ligue 1, l'ASM s'interroge sur son futur en Coupe d'Europe. Et l'horizon est passablement bouché.
Le Clermont Foot 63 pourra cultiver des regrets – photo Clermont Foot.

C’est sûr, maintenant, le Clermont Foot 63 ne jouera pas en Ligue 1 la saison prochaine. Les dernières décisions gouvernementales ont entraîné l’arrêt immédiat des compétitions de football jusqu’à la rentrée prochaine (au moins). Placés dans le train de tête du championnat, les Clermontois se seront donc donnés le droit de rêver. Mais, c’est pour rien, ou presque, qu’ils auront réalisé des exploits à Lorient, Nancy ou Guingamp, pour rien qu’ils auront été la meilleure équipe lors des dix dernières journées. Pour rien, puisque le championnat est clos en dépit de la proposition du président Ahmet Shaefer de disputer des barrages sans public et sur un seul site.

Le ballon ne tournera plus rond avant longtemps. En France, tout au moins. Car en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en Espagne, on tente encore de sauver les meubles… estimant, avec une certaine logique, qu’une saison ne peut s’achever avant de se conclure…

Scénarios rejetés

Les habitants de l’avenue de la République à Clermont ne sont pas près, non plus, de revoir le Stade Marcel-Michelin se remplir. Côté ovale, en effet, on a fini par remiser ses projets de phases finales disputées durant l’été. Ils se sont dégonflés comme un ballon crevé au moment où Edouard Philippe annonçait le maintien de l’interdiction des rendez-vous grand public jusqu’au 1er septembre au moins…

Les scénarios imaginés par la Ligue Nationale de Rugby pour tenter d’attribuer un titre n’avaient pas convaincu l’ensemble des dirigeants. Eric de Cromières, le président de l’ASM, et quelques autres, ne voulaient pas de confrontations à huis clos, ne correspondant ni à l’esprit, ni au modèle économique du rugby. Dès lors, privée d’unanimité, la LNR a jeté l’éponge.

Photo V.Uta.

On efface tout

Sur un plan sportif, l’arrêt définitif de la saison est évidemment moins dommageable pour l’ASM qu’elle l’est pour le Clermont Foot. Les finalistes 2019 du Top 14 n’ont pas brillé ces derniers mois, alternant satisfactions et revers, victoires et échecs, promesses et désillusions. Un ensemble de résultats mitigé qui les ont vus irrémédiablement glisser dans le ventre mou du championnat, sans la moindre certitude d’obtenir un ticket pour les phases finales.  Pour autant, on le sait avec la formule du Top 14, tout demeurait possible. Comme l’ont prouvé les Castrais, par exemple, il y a deux ans, qualifiés in extremis et finalement vainqueurs sur la ligne d’arrivée.

Reste le cas de la Coupe d’Europe dont on est aujourd’hui sans nouvelle comme si elle répondait aux abonnés absents. On voit mal l’actuelle édition aller à son terme à l’automne. Et l’on ne sait encore quels clubs représenteront la France l’année prochaine : les huit premiers classés à l’issue de la dernière journée disputée du Top 14 ou bien les six meilleurs (selon le règlement habituel) ce qui nécessiterait le recours à des barrages et à un match entre l’ASM et Toulouse ?

Dans longtemps

En tous cas, le monde sportif (comme celui du spectacle) fait d’ores et déjà partie des grands perdants du système de déconfinement progressif. Il est aujourd ‘hui sans la moindre certitude et, pire, sans aucune perspective. Le ballon ovale, en particulier, qui ne veut pas du huis clos, s’interroge sur la reprise des compétitions. Ce ne sera pas avant septembre, les plus alarmistes évoquent, quant à eux, décembre ou janvier. Pour les passionnés, cela ressemble à une éternité et pour les clubs à un challenge économique difficile à relever. Même si au rugby, on se doit d’avoir les reins solides…

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite