Accueil » Actualités » Contes Auvergnats au Jardin Lecoq
Contes auvergnats_Marine Magrini / photo E. D'Aversa
Photo E. D'Aversa
Actualités Culture Week-End

Contes Auvergnats au Jardin Lecoq

Accompagnée de sa guitare, Marine Magrini chanteuse-compositrice interprète les contes auvergnats au Jardin Lecoq, ce dimanche 8 août.

Marine Magrini n’avait pas besoin d’être née dans le Massif central pour raconter des récits auvergnats. Originaire d’Avignon, elle propose depuis quinze ans des spectacles pour tout public. Pour le spectacle de ce weekend, elle retranscrit les récits en chanson comme Le diable et le paysan, La vache et le paysan en apparence naïf mais plein de sagesse, Le navet  un conte de randonnée pour son rythme répétitif.

Transmettre la poésie des contes auvergnats

ED : Quelles sont vos sources d’inspiration pour le conte chanté que vous avez écrit ?

MM : Le quatrième conte je l’ai inventé : c’est celui de Glousse Gloussette la poule qui était amoureuse d’un coq de clocher. J’ai beaucoup vu de girouette en forme de coq en Auvergne et cela m’a donné l’idée d’une histoire d’amour entre une vraie poule et un coq girouette, en fer, tel un chevalier en armure qui lutte contre le vent. Puis j’ai inventé deux personnages : la Yette et son mari Le Jeantou qui sont les acteurs principaux de ces contes et en déroulant le fil conducteur. Le surnom de Jeantou, pour Jean, revient souvent dans les livres de contes sur l’Auvergne. Quant à la Yette, elle m’a été inspirée par une vieille femme, aujourd’hui disparut, que j’ai pu rencontrer dans mon village de Champeix et qui était assez truculente !

ED : De quels registres vous inspirez-vous pour composer vos chansons ?

MM : Les quelques chansons et ritournelles qui viennent rythmer le récit sont des compositions originales : étant très influencée par la musique traditionnelle et populaire, j’espère qu’elles sont imprégnées de ce style et peuvent ainsi mieux s’accorder au caractère ancien des contes. Si je pense à des auteurs qui m’ont inspirée, à part la musique trad, trop de noms et de styles différents me viennent en tête pour tous les nommer ! mais ça va de la chanson française à la country en passant par la musique Renaissance Anglaise, Espagnole et française …et pour aller plus loin la musique Médiévale.

ED : Qu’est qui vous touche dans les contes auvergnats et que souhaitez-vous transmettre ?

MM : Ce qui me touche le plus dans ces contes auvergnats, et que j’espère transmettre, c’est la poésie. Celle qui se cache dans les contes, qui prend ses racines dans des récits simples et souvent « paysans», je dis paysan dans le sens de pays, de terre. C’est une façon de comprendre et de dire : voyez, au quotidien, nous avons besoin de vivre avec la terre, les animaux et les éléments naturels. Et puis il y a de l’humour qui se dégage de ses contes ! Il n’est pas forcément mis en avant mais il est là, essentiel et indispensable à la démarche artistique.

Contes auvergnats, dimanche 8 août à 17h00, Jardin Lecoq, Clermont. Entrée libre et gratuite après passage au “bureau des public” près de la grotte. 

 

À propos de l'auteur

Emma D'Aversa

Étudiante en Master d’histoire et anciennement en hypokhâgne, Emma souhaite faire du journalisme son métier. Originaire de Clermont, elle est particulièrement intéressée par l'actualité culturelle mais aussi sociale, environnementale et politique.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite