Accueil » Événement » Charade Moto Rétro : cuir et mégaphone sur la piste auvergnate
Alain Michel présent au 2e Charade Moto Rétro / Photo 7 Jours à Clermont
Photo 7 Jours à Clermont
Événement Sports

Charade Moto Rétro : cuir et mégaphone sur la piste auvergnate

200 Motos et 30 side-cars participent ce dimanche à la seconde édition du Charade Moto Rétro. Cette manifestation dite de roulage, est pour l'équipe organisatrice "avant tout une journée plaisir pour tous, dans un cadre mythique".

Le mois de juin 2024 aura décidément été un mois vintage sur le circuit de Charade. Après deux weekend de courses automobiles classiques, c’est au tour de la moto ancienne de prendre possession de la piste avec la seconde édition du Charade Moto Rétro. Organisée par Auvergne Moto Sport, cette manifestation n’est pas un meeting de compétitions mais une journée de démonstrations. À Charade, en effet, la piste n’est plus homologuée pour les courses de motos et seuls les roulages derrière « marshal » sont autorisés. Cela n’enlève en rien à l’intérêt de la journée qui est « avant tout une journée plaisir pour tous, dans un cadre mythique ».

200 Motos et 30 side-cars triés sur le volet pour Charade Moto Rétro

Dans le milieu de la moto, la préservation du patrimoine roulant n’est pas un vain mot. Charade Moto Rétro sera l’occasion de retrouver sur piste mais aussi dans les stands ouverts au public, 200 motos et 30 side-cars avec une répartition en 5 groupes couvrant une très large période de l’histoire de la moto. Les machines sélectionnées les plus anciennes sont des « ancêtres » des années 30, alors que les plus récentes ont été produites dans les années 2 000. L’ensemble du plateau est composé de machines de séries, certaines préparées pour la courses, et de prototypes à palmarès. Notons une rarissime 500 Nougier mise au point par le « sorcier » français de l’Entre- deux-guerres en 1936 et une plus moderne 500 à moteur japonais installé dans un cadre conçu par l’ingénieur français Claude Fior. Les spectaculaires side-cars couvriront quant à eux la période 1972 à 2004, l’occasion de découvrir l’évolution de ce type de machines dans le temps.
Si bon nombre de motards qui enfourcheront leur machine sont des anonymes, plusieurs pilotes de renom ayant envie de retrouver le circuit auvergnat sont annoncés : Alain Michel, seul et unique français champion du monde de side-car de vitesse, Thierry Espié, Eric Saul, Thierry Rapicault, Jean François Baldé… de son côté, le riomois Johan Nigon représentera la jeune génération, celle qui n’a pas connu les riches heures du circuit.

Clin d’œil au Continental Circus

Dans les années 60/70, le championnat du monde moto se disputait exclusivement sur le continent européen et les pilotes constituaient une communauté qui allait de circuit en circuit avec femmes et enfants constituant une grande caravane comme celle d’un cirque. Cette organisation très « romantique » valu au championnat le surnom de Continental Circus dont plusieurs épisodes se déroulèrent à Charade. Cette année le circuit célèbre d’ailleurs le cinquantenaire du GP 1974, dernière compétition comptant pour le championnat du monde à s’être déroulée en Auvergne. Pour l’occasion Auvergne Moto Sport successeur du célèbre Moto Club d’Auvergne, présentera une réplique très fidèle du Kreidler 50 cc vainqueur en 1974, avec Henk Van Kessel à son guidon. Autre curiosité à découvrir, une maquette à l’échelle 1 du fantastique moteur 4 temps, 6 cylindres en ligne de la mythique Honda RC 166, moto avec laquelle Mike Hailwood remporta le championnat du monde 1966, catégorie 250 cm³ en s’adjugeant dix courses sur les douze du championnat. Cette machine a bien entendu couru à Charade et près de 60 ans après avoir entendu hurler ce moteur à près de 18 000 tours dans la montée de Gravenoire, les amateurs, plus tout jeunes, en parlent encore avec des trémolos dans la voix.

2e édition de Charade Moto Rétro, dimanche 16 juin, Circuit de Charade, Saint-Genès-Champanelle. Infos et réservation sur le site web d’Auvergne Moto Sport

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé