Accueil » Vie publique » Cette fatigue qui use le corps et l’esprit…
Photo D.R.
Mardi Santé Vie publique

Cette fatigue qui use le corps et l’esprit…

Pour sa première soirée 2019 à la Baie des Singes, l'association Au Bar des Sciences se penche sur la fatigue. Un sujet qui réunira médecin, psychologue et philosophes.

La fatigue serait-elle le mal du siècle? A moins que ce ne soit le désenchantement… Il sera question de la fatigue lors du premier rendez-vous 2019 proposé par l’association Au Bar des Sciences. Mais qu’est-ce que la fatigue en fin de compte? Physique, psychique, ses sources en sont évidemment nombreuses: dictature de l’urgence, rétrécissement des espaces, culte de l’argent, valeurs partagées qui se délitent avec les individualismes, crise de la responsabilité, perte de confiance et montée de l’indifférence pour n’en citer que quelques unes.

Une dimension subjective

La fatigue, en tous cas, interroge toutes les dimensions de notre existence. Et quoi de plus subjectif que cet état qui use le corps et l’esprit ? De la mélancolie aristocratique du XVIIe au burn out contemporain en passant par la neurasthénie bourgeoise du XIXe puis l’épuisement physique des ouvriers de la révolution industrielle, la fatigue est aussi sociale. Hors l’asthénie, désignant la fatigue d’une maladie organique identifiée, qu’on emploie lassitude, détachement, désillusion… les mots ont beau varier, le diagnostic demeure unanime : les individus — mais aussi la société — souffrent de désenchantement.

Fatigue démocratique

Photo D.R.

Ainsi, loin de se réduire à des symptômes physiques et individuels, on parle aussi de fatigue démocratique d’une société désabusée et en panne d’idéal. Les dynamiques du contrat républicain, celles de la cohésion et de la mobilisation sociale, de l’imagination et de l’engagement semblant anéanties par des égoïsmes, des communautarismes, voire des intégrismes. Le sociologue Pierre Rosanvallon évoque ainsi, dans son livre Le parlement des invisibles, la lente dérive d’une démocratie “minée par le caractère inaudible de toutes les voix de faible ampleur”.
La soirée de l’association Au Bar des Sciences réunira Khalid Djeriri, médecin du travail, médecin biologiste du sport, Gérard Guièze, philosophe, Philippe Luccarini, chercheur en neurosciences, Pierre-Jean Marescaux, psychologue du travail mais aussi Ecic Fiat, philosophe, auteur de Ode à la fatigue. Elle sera animée par Clément Mathonnat, économiste, secrétaire général de l’association Au Bar des Sciences.

Mardi 8 janvier 2019 à 20h33 au café-théâtre « La Baie des Singes », 6 avenue de la République à Cournon; en partenariat avec la Librairie Les Volcans.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite