Accueil » Culture » Trois films pour retourner au cinéma
"Light of my life"- photo D.R.
Culture

Trois films pour retourner au cinéma

C'est le moment ou jamais de soutenir les salles de cinéma qui traversent une période difficile. Voici trois films, à l'affiche à partir de ce mercredi, qui vous donneront peut-être envie de vous y rendre.

Dure période pour les salles obscures dont certaines sont menacées de mettre la clef sous la porte. Malgré la réouverture des cinémas intervenue le 22 juin dernier, le public ne se bouscule pas au portillon en cet été. Crainte de l’épidémie (en dépit des mesures sanitaires en vigueur), report de certaines sorties de long-métrages et effet traditionnel des vacances se conjuguent pour  réduire sévèrement le nombre de spectateurs. Et les responsables du cinéma français de s’inquiéter aussi d’habitudes qui auraient pu être prises durant le confinement, par exemple, celle de rester chez soi devant Netflix ou la télévision. Ce mercredi 12 août, en tous cas, de nouvelles affiches arrivent dans les salles de Clermont, à commencer par le deuxième long-métrage réalisé par Casey Affleck.

Survivre et aimer

C’est l’histoire d’un parent isolé qui doit faire le deuil d’une famille autrefois soudée” estime Casey Affleck à propos de son film, Light of my life. Le scénario raconte ainsi le combat d’un père (Casey Affleck lui-même) pour sauver sa fille, et la protéger, dans un monde dont la population féminine a été éradiquée. Face à la brutalité et aux instincts primaires, ce “résistant” doit faire preuve d’imagination et de courage, tout en multipliant les fuites et les subterfuges. Malgré tout, il tente d’offrir à sa fille un quotidien acceptable, empli d’amour et de complicité. “C’est après l’épreuve d’un divorce que l’histoire a pris sa forme définitive” souligne le comédien-réalisateur qui avoue avoir été inspiré par des films comme Elephant Man ou Witness. Anna Pniowsky et Elisabeth Moss encadrent Casey Affleck pour ce long-métrage mi-aventure, mi science-fiction.

“Yakari, la grande aventure”-

Yakari débute au cinéma

Yakari est né en 1969 de la rencontre entre deux auteurs suisses : Job et Derib, passionnés par les cultures amérindiennes. Depuis il a grandi au fur et à mesure de 38 albums de BD, traduits dans 19 langes à travers le monde et vendus à 5 millions d’exemplaires. L’heure est arrivée pour lui de faire son entrée au cinéma, à la faveur d’un film d’animation signé par Xavier Giacometti et Tony Genkel. Dans Yakari, la grande aventure, le petit héros sioux suit la piste d’un mustang jugé indomptable. Sur son chemin, il fait la rencontre de Grand Aigle, son animal totem qui lui fait don du pouvoir de parler aux animaux.

“Voir le jour”- photo D.R.

Au sein d’une maternité

Sandrine Bonnaire est à l’affiche de Voir le jour, réalisé par Marion Laine. L’histoire ? Jeanne travaille comme auxiliaire dans une maternité de Marseille. Nuit et jour, elle et ses collègues se battent pour défendre les mères et leurs bébés face au manque d’effectif et à la pression permanente de leur direction. Lorsqu’un drame survient à la maternité, son passé secret resurgit brusquement et elle se retrouve face à un choix de vie. Le film, en prise avec l’actualité, se veut aussi une leçon de vie.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite