Accueil » Vie publique » Royat prend la piste du vélo à hydrogène
Alpha, le vélo à Hydrogène de Pragma Mobolity
Alpha, le vélo à Hydrogène de Pragma Mobolity / Photo 7 Jours à Clermont
Politique Vie publique

Royat prend la piste du vélo à hydrogène

La congestion des villes et l’urgence climatique poussent les municipalités à réfléchir à l’évolution des modes de transports urbain. Comme d’autres municipalités, Royat souhaite que ses administrés utilisent davantage le vélo et lance l'expérimentation de l’utilisation de la technologie hydrogène.

Avant même le spectaculaire développement du vélo du au déconfinement, la municipalité de Royat réfléchissait à la manière d’inciter les Royadaires à délaisser leurs voitures pour le vélo. Mais se déplacer à la force du mollet dans une commune où les rues plates sont inexistantes est inenvisageable pour la majorité des habitants à moins de leur proposer de circuler avec des deux roues à assistance.

Vélo super écolo

Un vélo à hydrogène est un VAE, vélo à assistance électrique, qui utilise une pile à combustible en lieu et place des classiques batteries au lithium que l’on doit recharger sur le réseau, donc avec de électricité nucléaire la plupart du temps. Son autonomie peut grimper jusqu’à 150 km selon le mode d’utilisation avec une simple recharge (qui dure une minute) d’un peu plus de 40 grammes d’hydrogène. La production de l’hydrogène peut, elle même, être 100 % verte si elle fait appel à l’énergie solaire ou la méthanisation. Comparé à un vélo électrique « classique », le vélo à hydrogène possède deux avantages importants : Il est insensible aux conditions climatiques, son autonomie n’étant pas réduite pas les écarts de température et la durée de vie de la pile à combustible dépasse 10 ans, quand celle d’une batterie au lithium n’excède pas 4 années en moyenne.

L’appel à projet de la Région

L’expérimentation que veut lancer la ville de Royat s’inscrit dans l’appel à projet de la région Auvergne-Rhône-Alpes dont l’ambition est de développer une filière d’excellence dans la transformation des déplacements quotidiens. La région concentre déjà 80 % des acteurs français de la filière hydrogène et la booste avec son programme « Zero Emission Valley ». La municipalité de Royat qui comme toutes les municipalités a des ambitions vertes, a donc décidé de rejoindre les quelques communes qui veulent tester le vélo à hydrogène en partenariat avec Pragma Mobility, une société basée à Biarritz qui développe des vélos équipés de piles à combustibles compactes. La ville bénéficiera également du savoir-faire de Lojelis, société internationale dont le siège est situé à Chamalières, qui travaille à la créations d’application et d’outils liés à la mobilité verte.

Et après ?

Quiconque enfourche un vélo à assistance comprend assez vite l’intérêt d’une telle machine pour une utilisation quotidienne. Rapidité, facilité à stationner, fatigue réduite, absence de transpiration… mais dans le cas d’une de la municipalité Royat qu’elle sera la marge de manœuvre et la possibilité de déployer une utilisation massive et pérenne si le test se révèle à la hauteur des attentes ? Créer un système de vélos en libre service qui viendrait en plus de celui existant de la métropole ? Créer un service de location longue durée qui bénéficierait aux habitants comme aux résidents temporaires ? Quel serait le coût global d’un programme d’équipement, sachant qu’aujourd’hui le vélo hydrogène reste plus cher que son homologue à batterie lithium… Autant de questions que les élus devront se poser durant cette phase expérimentale avant de décider de la suite à donner.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Pour être constructif, espérons que ce soit un test et pas un investissement massif que les contribuables pourraient fortement regretter, les sirènes de l’hydrogène à la française chantent depuis longtemps et le seul argument valable constaté à ce jour est “la France la France la France ” si ce système était la solution toutes les grandes villes du monde l’auraient adopté vu le taux d’investissement actuel. Les contraintes et les coûts paraissent disproportionnés d’après mes informations.
    Les start up numériques sont également formidables en consommation de subventions publiques et de petit fours mais n’ont jamais réparé un vélo à hydrogène en panne et je parie que ce ne sera toujours pas le cas cette fois encore..
    Du coup on attend un test du miracle français hydrogéné dopé à la start up auvergnate pour constater le miracle Royatais .
    Pour infos une start up auvergnate (koboo) loue des méchants vélos électriques à batteries lithium à Biarritz avec un grand succès… nul n’est prophète en son pays mais apparemment ils ont plus de succès que les hydrogénés là-bas.
    Et pour conclure, les batteries lithium de qualité dépassent allégrement les 10 ans de durée de vie.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite