Accueil » Sports » « Oops I did hit again ! »: Le Roller Derby se fraye un passage à Clermont-Ferrand !
Le Roller Derby à l'honneur ce samedi 17 février. Photo: Guillaume Bastide.
Sports Week-End

« Oops I did hit again ! »: Le Roller Derby se fraye un passage à Clermont-Ferrand !

Samedi 17 février au gymnase Verlaguet, le Roller Derby a l'ambition de faire tourner les têtes en même temps que les esprits. C'est un sport méconnu que nous vous présentons à l'occasion d'un après-midi de compétitions conviviales, et au sein d'un club à l'esprit formateur : les Auver'Niaks !

Avec les Jeux Olympiques de PyeongChang, et le sport roi en Corée du Sud qu’est le short-track, on commence à avoir la tête qui tourne ! Un phénomène qui pourrait bien se reproduire ce samedi au gymnase Verlaguet, avec une journée dédiée au Roller Derby sous le patronyme de « Oops i did hit again » …

Un sport roi aux USA qui s’impose peu à peu en France.

Pierre-Alain Trouquet, alias Nino « Lo Squalo ».
photo: Pierre Chambon.

Voilà un peu plus de 5 ans que le club des Auver’Niaks a vu le jour, à l’initiative d’un groupe de jeunes filles qui avaient découvert le Roller Derby un peu partout en France. Pierre-Alain Trouquet, président du club et entraîneur de l’équipe de Roller Derby présente avec beaucoup de passion son sport, en plein essor en France : « C’est une discipline américaine et donc par définition il y a quelques règles à appréhender et beaucoup de stratégie. On évolue sur une piste ovale d’une taille proche d’un terrain de handball. 5 joueuses par équipe se relaient dans des jams (rounds) de 2 minutes maximum. Un match dure une heure (2×30 minutes) avec autant de jams possibles. Chaque équipe se compose de 4 bloqueuses et d’une jameuse qui doit marquer des points en dépassant les adversaires dans les limites de la piste. Les bloqueuses sont là pour empêcher les jameuses de passer. Ces dernières peuvent utiliser les épaules et les hanches pour se frayer un passage entre les bloqueuses adverses. On utilise le roller-quad, le patin à roulette de notre enfance et non avec des roues en ligne. » Le Roller-Derby est un sport qui se développe depuis quelques années en France. Un sport remis au goût du jour depuis le début des années 2000 aux Etats-Unis, et inspiré d’un ancien sport, dérivé du catch. On compte 4500 licenciés et plus de 350 équipes féminines (contre une vingtaine d’équipes masculines) avec un championnat de France reconnu par la fédération française de roller.

 

« Oops I did hit again 5 », une journée pour découvrir le Roller Derby !

Le groupe de Roller Derby des Auver’Niaks. Photo: Guillaume Bastide.

L’équipe des Auver’Niaks évolue en Nationale 2 avec l’envie et l’ambition de grimper dans la hiérarchie. Chaque participant(e) se créé un personnage avec un sobriquet (un aka) qui traduit la personnalité de chacun. Pierre-Alain Trouquet devient dès lors « Nino Lo Squalo » sur le bord de la piste : « Chacun à son propre personnage. Mais pour tous, c’est la volonté d’apprendre et de prendre du plaisir ensemble. La section Roller Derby compte plus de 50 licenciés avec deux groupes : les « fresh-meat » (Viandes fraiches) pour débuter, et un groupe confirmé pour disputer les épreuves d’élite. » Et l’ambition de faire découvrir ce sport méconnu à travers l’organisation d’évènements amicaux comme le « Oops i did hit again 5 » de ce samedi : « Il existe un esprit solidaire entre les différentes associations de Roller-Derby afin de faire connaître notre passion et la partager. C’est un sport qui ne demande pas de capacité physique particulière, tout le monde peut le pratiquer en fonction de son gabarit. Le seul critère est de savoir pratiquer le roller, et si ce n’est pas le cas on est là aussi pour apprendre ! Chez Auver’Niaks, on peut trouver la jeune étudiante comme la mère au foyer. »

Et pour mieux connaitre ce sport, le meilleur moyen est de venir le découvrir ce samedi au gymnase Verlaguet. 2 rencontres et plusieurs démonstrations seront proposées au public à partir de 13h.

 

 

Pour plus d’informations : www.auverniaks.fr.

 

 

 

À propos de l'auteur

Julien 0ury

Julien 0ury

Journaliste-commentateur sportif dans des médias nationaux comme Eurosport, Sud Radio ou encore Rugbyrama.fr, c'est un ancien sportif qui a choisi de vivre sa passion jusqu'au bout. Amoureux de sa région, il a la volonté de présenter le sport à travers ses émotions. Diplômé de l'école de journalisme de proximité de Vichy, il souhaite mettre en avant la qualité du travail des clubs sportifs locaux afin de faire connaitre les hommes et femmes qui se battent pour faire perdurer l'activité sportive pour tous.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite