Accueil » Rencontre » Nathalie Boyer: l’enseignante devenue comédienne
Nathalie Boyer avec l’équipe de “La Nuée” de Just Philippot et dans le costume d’une policière dans la série “Engrenages” sur Canal+ © DR
Culture Rencontre

Nathalie Boyer: l’enseignante devenue comédienne

Avant, elle était avocate et enseignante. Mais ça, c’était avant… Aujourd’hui, les cinéphiles peuvent retrouver le nom de cette Clermontoise au générique de nombreux films, téléfilms ou séries.

L’échange se déroule au Café Pascal, sur la place de la Victoire. D’emblée, elle accepte le tutoiement, claque la bise. Et parle d’elle. Humblement. Sans trop dire “je”. Son nom ne vous dit rien ? Peut-être son visage… Cette brune aux traits fins fait régulièrement des apparitions sur petit ou grand écrans. Dans la huitième saison d’Engrenages, la série policière de Canal+, elle incarne un officier de police judiciaire. Certes, ce n’est pas un premier rôle. Plutôt une présence récurrente… Mais dans une série distribuée dans plus de 70 pays, c’est déjà une (très) belle performance. Ni la première, ni la dernière pour Nathalie Boyer…

Un film avec Gérard Depardieu en projet

D’ailleurs, la comédienne a une très bonne nouvelle à annoncer : sur le tournage d’Engrenages, elle a appris qu’elle figurerait au générique de La Nuée, le premier long métrage de Just Philippot. Ce film raconte l’histoire d’une mère de famille qui élève des sauterelles comestibles pour sauver sa ferme de la faillite. Le tournage a commencé cet été dans le Puy-de-Dôme. “Je suis très contente. En plus, c’est une très belle équipe !” se félicite la quadra, ravie de cette nouvelle aventure professionnelle.

Un autre projet, encore plus prometteur, est dans les cartons. Il s’agit d’un film d’Arben Kastrati. Son titre : Me and Milosevic. La Clermontoise enfilera le costume d’une reporter de guerre au Kosovo. Un rôle principal aux côtés d’un certain… Gérard Depardieu. Excusez du peu… “Dans la comédie, j’aime la création du personnage, tout le travail en amont. C’est fascinant de lui donner une vie, une mémoire, une incarnation”. En revanche, Nathalie Boyer n’aime pas se voir à l’écran. “Peut-être par retenue ou humilité…

Cette sportive qui prend soin d’elle ne se contente pas de se glisser dans la peau des autres. En parallèle, elle écrit, produit, réalise, conseille, traduit, prête sa voix, fait du doublage… Son court métrage Pass it on, co-réalisé avec Sylvain Godard, a décroché un award au dernier Global Short Film Festival de Cannes. A terme, cette  cinéphile aimerait également terminer l’écriture de son premier long métrage. Un film sur l’environnement. Une cause qui lui tient à cœur, avec la protection animale. “Ça me plairait bien d’être ambassadrice de la planète !” confie cette grande fan d’ Into the Wild de Sean Penn.

Docteur en droit et avocate

Du plus loin qu’elle se souvienne, Nathalie Boyer a toujours eu envie de brûler les planches. De 6 à 15 ans, elle fait partie de la troupe de théâtre “Les Baladins de l’Artense.” La gamine de Bagnols rêve alors de devenir comédienne, d’aller à Hollywood… Mais la raison prend finalement le dessus : encouragée par ses parents, elle se lance dans des études de droit, décrochant un double master, un doctorat et un diplôme d’avocat.

Au bout de quelques années, elle sacrifie sa carrière, son métier d’enseignante, pour revenir à ses premières amours. “Je n’ai pas de vie d’avant ou d’après. Pour moi, c’est une continuité” estime-t-elle, espérant que toutes ces compétences finiront un jour par “matcher”. “En tant que femme, ce parcours me donne une crédibilité supplémentaire.

Et l’avenir dans tout ça ? Pour l’heure, Nathalie Boyer ne signe pas d’autographe. En revanche, elle n’arrêterait pour rien au monde d’incarner des tranches de vie ou de raconter des histoires. Elle va donc va poursuivre dans cette voie, persévérer et continuer de croire en ses rêves. “J’ai encore des choses à faire en temps que comédienne” insiste-t-elle. Son plus beau rôle ? Le prochain, évidemment. Alors, elle attend qu’il se présente. Patiemment. Sans brûler les étapes… “J’ai une vision très tranquille de ce métier” confie-t-elle un sourire aux bords des lèvres.

 

 

 

À propos de l'auteur

Emmanuel Thérond

Emmanuel Thérond

Titulaire d'un Master en Littératures Modernes et Contemporaines, Emmanuel Thérond est journaliste en Auvergne depuis 2004. Il a commencé sa carrière à La Montagne, avant de rejoindre la rédaction d'Info Magazine, où il a travaillé durant 15 ans. Il écrit également pour la presse professionnelle, en particulier Le Moniteur du BTP, dont il assure la correspondance locale. Depuis 2019, il signe dans Le Parisien - Aujourd'hui en France.

2 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite