Accueil » Événement » Les Nuées Ardentes: la science rencontre l’imaginaire au pied du puy de Dôme
L'ambiance des Nuées Ardentes- photo Lionel Faucher.
Culture Événement Week-End

Les Nuées Ardentes: la science rencontre l’imaginaire au pied du puy de Dôme

Le festival, porté par l'Université Clermont Auvergne, vivra sa deuxième édition les 7, 8, 9 et 10 juin. Au programme, des expériences un peu "dingues", des conférences, des rencontres, un spectacle musical composite et même des éruptions volcaniques.

La science, souvent réduite à des formules, des calculs, des expériences, un monde clos, serait aussi un formidable territoire d’imaginaire, un espace pour les échappées où la culture pourrait s’engouffrer. Le Festival Les Nuées Ardentes, justement, se situe dans les interstices, là où les domaines s’entremêlent, où les dimensions se conjuguent. Les chiffres n’y excluent pas les lettres et les expériences scientifiques y sont des voyages. Le rêve et la réalité…

Un jour de plus

Une étrange foreuse- photo service communication U.C.A.

La seconde édition de ce festival singulier et transcendant se déroulera les 7, 8, 9 et 10 juin (soit le lundi de pentecôte) au pied du puy de Dôme. Sur quatre jours, au lieu de trois l’an passé, ce qui permet à la fois d’étoffer les propositions et de se donner une fenêtre plus grande sur un beau temps espéré. « Il est vrai qu’à près de mille mètres d’altitude, nous sommes relativement tributaires du ciel. Pour attirer un public nombreux et faire venir les Clermontois, la météo demeure une composante importante. Compter un espace de quatre jours nous permet de voir les choses avec davantage d’optimisme » souligne Stéphane Calipel, vice-président de l’Université Clermont Auvergne et l’un des initiateurs des Nuées Ardentes.

Décor majestueux, programme attrayant

Un décor onirique et scientifique : une immense et énigmatique foreuse de plus de 8 mètres de hauteur et de 15 mètres de largeur ; plus loin, un volcan reconstitué, à partir d’une structure en bois. Une scène, également, et, ici et là, des laboratoires où se déroulent d’étranges expériences. Voici installée la table des Nuées Ardentes. Il reste évidemment à disposer les couverts et servir le repas. Le menu, cette année, est copieux. Dans la journée, le public pourra se rendre dans les laboratoires et assister à de multiples expériences, tout en y rencontrant des savants ou des comédiens. « Nous comptons cette année un nouveau laboratoire, « Les Raffineurs du vivant », où l’on recyclera des objets  parfois improbables » explique Stéphane Calipel. Le festival vivra en permanence avec des conférences, des contes, une aire de jeux pour les enfants, un apéro jazz… En début de soirée, l’humoriste Arnaud Aymard donnera une « conférence déjantée», en tentant d’expliquer le monde à partir d’une équation.

Dans les laboratoires d’expériences- photo Service communication UCA.

Des diamants, de la passion, de la musique

Puis le spectacle musical Opéra Mundi, écrit par Stéphane Calipel, remixé par Denis Clavaizolle, s’emparera de la scène, tandis que le soleil déclinera. Il mêlera une courte conférence, une histoire de diamants, d’amour et d’espionnage, entre Le Caire et Shangaï, des films et de la musique aux couleurs pop rock, omniprésente. Les groupes Comme John et Ultraviolet en seront quelques-uns des acteurs. Enfin, à la nuit tombée, un spectacle pyrotechnique , en forme d’éruption volcanique, embrasera le site.

Porté par l’Université Clermont Auvergne, le festival Les Nuées Ardentes, doté d’un budget d’environ 100.000 €, réunit autour de lui, un certain nombre de partenaires, parmi lesquels le Département, la Région et Clermont Métropole. Projet ambitieux, il entend s’inscrire sur le long terme dans le paysage local, au carrefour des mondes universitaire, artistique, économique et du grand public. Ce sera au pied du puy de Dôme ou ailleurs, l’avenir le dira…

Les 7, 8, 9 et 10 juin au pied du puy de Dôme (maison de site du Panoramique des Dômes). L’ensemble de la programmation sur lesnueesardentes.uca.fr

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite