Accueil » Initiative » Les French Kiss revisitent la chanson française
Christophe Adam.
Culture Initiative

Les French Kiss revisitent la chanson française

Chaîne YouTube initiée par Christophe Adam, French Kiss enregistre un boom d’audience grâce à une direction artistique originale et qualitative. Et si Christophe Adam à qui on promet le succès comme chanteur depuis des décennies le rencontrait enfin avec ses French Kiss ?

Le concept éclot dans la tête de Christophe Adam, Clermontois bien connu du monde du spectacle et de la musique, quelques semaines avant le premier confinement début 2020. « Mon idée de départ était de monter un collectif de musiciens à la façon des Américains de Postmodern Jukebox ou Pomplamoose qui proposent des relectures de classiques de la chanson américaine. Mon intention était de faire de même avec des chansons françaises. Je me suis aperçu que, finalement, je ne connaissais pas bien ce répertoire. J’ai toujours écrit en français, mais je n’ai jamais fait de reprises (Christophe a été chanteur des Sales Gosses et de Fafafa avant d’évoluer sous son propre nom, ndr). Jamais je ne me serais attaqué à Brel par exemple. En fouillant, je me suis rendu compte que les Everly Brothers reprenaient Gilbert Bécaud, Elvis Presley chantait du Aznavour, j’ai sorti une vingtaine de chansons comme ça, passées à la postérité et pour lesquelles on ne savait même pas qu’elles étaient françaises à l’origine. À partir de là, je me suis mis à creuser le répertoire et je me suis aperçu qu’il était sans fond. En reprenant ces chansons à l’occasion d’un concert, je me les suis accaparé. J’avais l’impression que c’étaient les miennes. » Christophe Adam soumet son concept aux musiciens de son entourage. Tout ce beau monde commence à répéter dans le local de répétition situé au rez-de-chaussée de sa maison à Montferrand. Et là, manque de bol, survient le confinement.

Concept né de la crise sanitaire

Travaillant dans le milieu du spectacle, Christophe se retrouve du jour au lendemain sans boulot comme l’ensemble de la profession. Même plus moyen de répéter avec des musiciens pour poursuivre cette idée de reprises piochées dans le répertoire français. « Je me suis retrouvé à la maison avec ma femme, mon fils et sa copine, tous les trois télétravaillaient, sauf moi. J’ai vu un abîme devant moi. Plus de boulot. Pas moyen de faire de la musique. Au bout d’une semaine, j’ai décidé d’enregistrer une chanson par jour en me filmant avec mon Iphone. Que des tubes. J’ai tenu ce rythme pendant trois semaines. » Christophe décide simultanément de partager ses enregistrements sur les réseaux sociaux. « C’était un boulot de dingue. Heureusement que j’avais mon fils pour créer la chaine YouTube qui permettait de créer du lien d’une part et ensuite, de solliciter les amis pour leur demander de participer. La seule contrainte imposée à tous les participants est de chanter français. On peut faire une exception en anglais au décès d’un interprète étranger. J’ai appelé ça les French Kiss pour faire le pied de nez au coronavirus. Je pensais aux pauvres gamins qui ne pouvaient plus s’embrasser sur la bouche. French Kiss, ça donne un petit côté rebelle face au virus, on met la langue dans la bouche. » Après coup, Christophe s’aperçoit qu’appeler sa chaine French Kiss est une erreur stratégique. Si on tape seulement French Kiss sur un moteur de recherche, on tombe sur tout et n’importe quoi. Il est préférable de taper “French Kiss Christophe Adam” pour se trouver à la bonne adresse.

“Je me suis aperçu que le répertoire de la chanson française était sans fond.”

Technique

Christophe s’aperçoit bien vite que filmer avec un Iphone est loin d’être la panacée. « Pour ce qui est du son, j’ai un mini studio, je m’en charge très bien. Mon vieil Iphone avec lequel j’ai enregistré les trois premiers morceaux ne suffisait pas pour l’image. J’ai emprunté un appareil photo au photographe Rémi Boissau et là, je viens de m’équiper d’une petite GoPro. Je fais vraiment du live, il n’y a aucun montage, ni audio, ni vidéo. On se met face caméra, on chante notre chanson. On fait trois prises et je sélectionne la meilleure. Rapidement, d’autres sont venus poster leurs titres. Suzy Borello, Alain Bonnefont, Zach Boissau, Jacques Dauphin, etc. Le truc a tout doucement essaimé autour de nous sans qu’on ait besoin de faire quoi que ce soit. J’ai commencé à avoir des requêtes, des gens me demandant d’enregistrer tel ou tel titre. On m’a notamment demandé un titre de Georges Moustaki. C’est un répertoire que je n’aurais pas exploré naturellement. Ça m’a surpris. On me demandait du Graeme Allwright disparu le 20 février 2020, du Jacques Higelin, etc. Ça a alimenté mon moulin. Là, par exemple, on va enregistrer un morceau de Rika Zaraï décédée le 23 décembre dernier. C’est étonnant. »

Développement du projet

À l’issue du premier confinement, le service culturel de Moulins propose à Christophe de jouer trois concerts French Kiss pour sa saison d’été. Il accepte en proposant une formule différente pour chaque concert, un French Kiss pop, un French Kiss country et un French Kiss “Classics”.  « Pour la première fois de ma vie, je monte un orchestre en choisissant les musiciens. On fait ça avec le batteur Jean Bernadac et la pianiste Justine Besson que j’ai rencontrés au Conservatoire et mes complices Suzy Borello, Daniel Larbaud et Dominique Rollot. Au même moment, j’enregistre “La chanson d’Hélène” de Romy Schneider et Michel Piccoli avec Laurent Becamel, contrebassiste de l’orchestre d’Auvergne, la violoniste Aurélie Chenille de l’orchestre d’Auvergne également et Justine au piano. Je parle des trois concerts de Moulins à Aurélie. Je lui demande si elle veut en être. Elle était dispo, elle a accepté immédiatement. Et là, je me retrouve avec un premier violon de l’orchestre d’Auvergne dans mon “orchestre”. » À ce jour, les French Kiss comptent plus de 120 chansons sans parler des chansons pour enfant. 120 titres interprétés par des artistes auvergnats principalement, mais d’autres propositions viennent de loin, de Grèce, du Japon, etc. Le succès est surprenant. L’étape suivante pour les French Kiss est évidemment de se produire sur scène, mais là, on entre dans la 4ème dimension…

Christophe Adam : Vous (Guy Béart) : https://www.youtube.com/watch?v=Y5Dr8sMzOjI

Darai Tzannetaki : Le temps de l’amour (Françoise Hardy) : https://www.youtube.com/watch?v=Au8REuIHEYw

L’âme des poètes (Charles Trenet) : https://www.youtube.com/watch?v=IK6atlk5szY

 

 

 

À propos de l'auteur

Patrick Foulhoux

Patrick Foulhoux

Journaliste et grand amateur de musique rock, Patrick Foulhoux a collaboré pendant de nombreuses années avec des magazines consacrés à la musique (Rollling Stone, Rock Sound, X-Rock...) et des titres de la presse de territoire. Sa passion pour le Rock l'a conduit à devenir directeur artistique de labels, tourneur, manager, organisateur de festival et écrivain.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite