Accueil » Économie » Les 10 ans de Victoire
vélo Victoire Berluti
Le Victoire Berluti / Photo DR
Économie

Les 10 ans de Victoire

En 2021, les Cycles Victoire vont fêter leur première décennie d’existence. La production de la PME beaumontoise, spécialisée dans le vélo de luxe sur mesure, séduit des amateurs dans le monde entier.

C’est en 2011 que Julien Leyreloup a créé la société Victoire. Passionné et pratiquant le vélo, il a lancé une production de machines haut de gamme, sur mesure, à cadre acier ou inox. A une époque où les constructeurs avaient majoritairement adopté l’aluminium ou le carbone pour les modèles sportifs, ce choix était audacieux et révélait une forte volonté de faire perdurer un savoir-faire parfaitement maîtrisé en France : l’assemblage des cadres en tube d’acier par brasage. La maîtrise de cette technique historique, remonte à la fin du XIXe siècle lorsque les bicyclettes ont commencé à ressembler peu ou prou à celles que nous connaissons aujourd’hui.  Avant la domination des pays asiatiques à partir des années 80/90, la France occupait d’ailleurs les premiers plans avec une forte production concentrée à Saint-Etienne. Depuis, la technologie de la soudure à évolué, tout comme la qualité des aciers dont les performances mécaniques entrent désormais en concurrence avec tous les autres matériaux. Partir de simples tubes pour construire un vélo sur mesure c’est aussi la possibilité d’accorder au mieux le choix du client et le produit final. Cet accord est même le credo fondateur de Victoire puisque chaque cycliste passe par une première étape consistant à définir son projet en fonction de son utilisation et de ses envies. Après validation, une attente de quatre mois est nécessaire pour prendre possession de l’engin mais l’acquéreur peut cependant passer à l’atelier pour suivre la fabrication.

470 vélos uniques en 10 ans

Cadre sur mesure _cycles Victoire
Photo Victoire

Chaque vélo Victoire est numéroté depuis le premier sorti de l’atelier et le compteur indique 470 en cette fin d’année 2020. Aucun ne ressemble à un autre, même si les grande familles se dégagent : course, randonnée, voyage, gravel, VTT… Les cadres sont exclusifs Victoire et les clients choisissent les périphériques parmi les meilleurs fournisseurs dont certains, comme l’italien Campagnolo, développent des produits en collaboration avec le constructeur beaumontois. Rouler en Victoire est finalement un peu comme se vêtir avec des vêtements de haute couture, une forme de luxe offrant une qualité et une longévité hors pair. Il y a bien longtemps que ces vélos exceptionnels, dont les prix varient de 7 000 à 15 000 euros, sont sortis des frontières hexagonales. Certains clients résidant en Europe mais aussi aux USA ou en Australie roulent quotidiennement avec des produits made in Beaumont.

La grande bascule avec Berluti

La potence du vélo Victoire Berluti
Photo DR

L’entreprise a vécu un épisode qui lui a offert ses lettres de noblesse et rempli son carnet de commandes. En 2014, la maison Berluti (qui appartient au groupe de luxe LVMH), sensible au travail d’excellence de Victoire propose une collaboration pour la création d’un vélo au style vintage intégré dans une collection chic et sportive de souliers et d’accessoires. 14 machines sont produites avec une qualité époustouflante. Le cadre foncé contraste avec le cuir naturel de la selle et du guidon parfaitement harmonisé avec le bois des jantes. Le 20 heures de TF1 consacre un sujet à cette collaboration, sujet repris par un grand journal américain. Dès le lendemain, coups de fils et commandes ne cessent d’affluer et seul les effets du premier confinement permettront, 6 ans plus tard, de réduire un peu la longue liste d’attente…

Et pour la prochaine décennie ?

L’atelier beaumontois de Victoire possède une splendide patine mais le look ne fait pas tout. Julien Leyreloup rêve de temps à autres d’un nouveau bâtiment écologique, non loin de la métropole mais plus proche des routes et des chemins de la chaînes des Puys. Il pourrait ainsi emmener facilement clients et fournisseurs tester le matériel. L’équipe composée de 6 autres salariés, tous mordus de vélo et « gros rouleurs » serait plus à l’aise pour produire et commercialiser, d’autant que dans le prolongement de l’aventure Victoire, a été crée la marque Distance présentant une gamme standardisée, avec une qualité de fabrication identique. Il y a de fortes chances que ces vélos rencontrent, eux aussi, un vif succès, obligeant l’entreprise à se développer.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite